Referencement gratuit

 LE MYTHE EXTRATERRESTRES

Une civilisation extraterrestre doit aussi incarner des valeurs spirituelles, morales, culturelles, sociales

Une civilisation

Le terme de civilisation peut revêtir plusieurs acceptions. D’une façon générale le mot civilisation peut avoir trois significations différentes.

La première relève du langage courant et le terme de civilisation est associé à un jugement de valeur.

capture12-27.jpg Dans ce sens, la civilisation s’oppose à la barbarie, l’homme civilisé est le contraire de l’homme sauvage.

La seconde signification définie la civilisation comme un aspect de la vie sociale, ou comme l’ensemble des phénomènes sociaux représentés par la religion, la morale, l’art, la science et la technique.

Enfin, le mot civilisation s’applique à un ensemble de peuples ou de sociétés organisées qui occupent une aire géographique identifiable et dont l’existence se déploie dans la durée. Ainsi, à coté de « la civilisation » qui représente un degré élevé d’évolution, il existe de multiples civilisations qui ont leurs propres caractéristiques et qui occupent une place déterminée dans l’histoire de l’humanité (exemples : civilisation grecque, civilisation chinoise, civilisation égyptienne, etc.). Nous pouvons aussi parlé des civilisations animales (fourmi, abeilles, termites, etc.

Nous savons désormais que les civilisations naissent, croissent, vieillissent, et meurent.

Et comme le disait fort justement Valéry, « nous autres, civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles ».

Cependant, en ce début de XXIème siècle, nous assistons à un phénomène qui ne s’est produit qu’une seule fois dans toute l’histoire de l’humanité : la civilisation est en passe de devenir planétaire.

Au-delà des particularismes locaux, une nouvelle forme de civilisation est sur le point de s’étendre à tous les peuples de la Terre. Que nous soyons d’accord ou pas avec les valeurs véhiculées par cette civilisation n’y changera rien.

Le siècle qui vient verra peut être naître une civilisation humaine globale dont l’aire d’expansion sera la Terre entière.

Nous serions tentés d’ajouter pour pondérer notre propos, que nous verrons naître cette civilisation planétaire à la condition que nous parvenions à vaincre les périls qui menacent notre survie, et que nous retrouvions le vrai sens du mot civilisation.

Il est en effet beaucoup question aujourd’hui de mondialisation et de globalisation. Mais ces termes ne désignent encore qu’une tendance naissante basée essentiellement sur des échanges de nature économique et financière. Ce n’est pas uniquement sur la circulation de flux de marchandises et de capitaux que l’on édifie une civilisation digne de ce nom.

Une civilisation planétaire doit aussi incarner des valeurs spirituelles, morales, culturelles, sociales, sinon ce n’est pas une civilisation mais simplement un groupement d’intérêts économiques, un lobby organisé à l’échelle de la planète.

Les réalisations matérielles d’une civilisation sont certes importantes, mais il faut aussi prendre en compte ses réalisations « immatérielles » qui sont essentielles, sinon même vitales.

Ce dont il faut bien prendre conscience dans le fond, c’est que ce que nous appelons maladroitement les réalisations « immatérielles » d’une civilisation, représentent en fait les fondements même de toute civilisation.

La vraie civilisation globale dont nous parlons n’existe pas encore. Elle n’en est, dans le meilleur des cas, qu’à ses balbutiements, et il n’existe aucune certitude en ce qui concerne son avenir.

Parviendrons-nous à surmonter ce que nous pourrions appeler les « maladies infantiles » de la civilisation planétaire ? Rien n’est moins sûr.

Le problème est facile à poser : Une civilisation technologique comme celle qui se développe actuellement sur notre planète. Peut-elle espérer une longue durée de vie, ou bien sa nature même doit-elle l’amener à disparaître au bout de quelques siècles ?

Certains diront que comme nous n’avons pas d’autres exemples de civilisations technologiques semblables à la notre pour pouvoir nous faire une idée sur la façon dont celles-ci évoluent avec le temps.

Nous ne pouvons pas apporter de réponse sérieuse à cette question. Les plus pessimistes auront même tendance à dire que comme toute civilisation est mortelle, et l’histoire de l’humanité offre à cet égard de nombreux exemples pour étayer ce point de vue. Notre civilisation planétaire mourra certainement un jour. Mais sommes-nous bien sûr de ne pas avoir d’autres exemples de civilisations technologiques évoluées à notre portée ?

Si nous admettons que le phénomène ovni est bien la manifestation dans notre environnement d’une civilisation technologique très évoluée (voir l’hypothèse de la vie ailleurs exposée sur ce site), alors nous avons là un exemple (qui est sous nos yeux) qui prouve que le sort d’une civilisation technologique n’est pas aussi sombre que celui présenté par les pessimistes.

D’une certaine façon les ovnis prouvent que les crises inhérentes au développement des civilisations technologiques peuvent être surmontées. La question qui se pose alors est celle de savoir comment la civilisation (ou les civilisations) responsable du phénomène ovni a-t-elle fait pour résoudre ces crises ?

capture13-29.jpgL’astronome russe Nikolaï Kardashev et le physicien américain Freeman Dyson établirent une classification des civilisations technologiquement évoluées qui comporte trois types (Type I, Type II, Type III).

Ce système de classification repose uniquement sur le critère des ressources énergétiques disponibles.

Selon ce système, toute civilisation évoluée trouvera seulement trois sources d’énergie à sa disposition : sa planète, son étoile, sa galaxie.

N’oublions pas, cependant, qu’il s’agit avant tout d’un essai ou d’une tentative de classification des civilisations. Mais nous ne sommes pas du tout certains que ce système soit vraiment fidèle à la réalité. Nous reprenons malgré tout cette classification en y ajoutant les civilisations de Type IV et V. Nous nous poserons aussi la question de savoir dans quelle(s) catégorie(s) de civilisation entre le phénomène ovni.

Perspectives téléologiques 

Si l'on considère l'échelle de Kardashev comme un schéma prédictif, voire normatif, d'un avenir technologique attendu, plutôt que comme une simple échelle de consommation énergétique, elle en devient téléologique et nous prédit une « fin de l'histoire ».

Vue comme une description du passé et de l'avenir de l'histoire de l'humanité, elle pourrait être comparée à la théorie marxiste des modes de production qui comporte aussi des propositions sur les interactions entre technologie et structures sociales, bien que sur une période plus courte.

capture14-25.jpg Implications pour les civilisations 

Il existe beaucoup d'exemples historiques de civilisations subissant des transitions à grande échelle, telles la Révolution industrielle et la Renaissance. De la même manière, les transitions entre niveaux de l'échelle de Kardashev sont susceptibles de représenter des périodes troublées de bouleversements sociaux, puisqu'elles impliquent de dépasser l'obstacle que représente la limitation des ressources disponibles sur le territoire occupé par une civilisation.

Une spéculation courante suggère que la transition du Type 0 au Type I comporte un grand risque d'autodestruction puisque l'espace vital occupe entièrement la planète natale. La catastrophe malthusienne est un exemple d'une telle spéculation.

Certains auteurs ont souligné qu'une période de grand bouleversement pourrait être les prémisses d'une ascension vers une civilisation de Type I.

Extraterrestres ou d'OVNI ?

Ce n'est pas la même chose... Effectivement il y a des milliers de personnes qui ont vu des OVNI. Mais je rappelle que OVNI ça veut dire « Objet volant non identifié ». Ça veut dire qu'il y a des milliers de gens qui ont vu dans le ciel des choses qu'ils n'arrivaient pas à identifier. La nuance est de taille.

capture15-24.jpg Un truc dans le ciel, mobile ou immobile. Tu te dis : ce n'est pas un avion ni un hélico, ça ne peut donc être qu'un engin extraterrestre. Tu oublies un tas de choses : ça pourrait être un petit nuage en forme de lentille, un ballon-sonde, un satellite artificiel, etc. Comme tu n'as aucun moyen de savoir à quelle distance ça se trouve et à quelle vitesse ça va, tu ne peux pas conclure. Tu as envie d'avoir vu une soucoupe volante, et clac tu oublies le principe d'économie.

Le fait que les témoignages de ce genre soient très nombreux n'apporte rien. En matière de connaissance exacte d'un fait, un faisceau de présomptions, aussi large soit-il, ne constitue pas une preuve. Et un témoignage n'est pas une preuve mais une présomption. Il y a tellement de raisons pour que notre perception soit faussée qu'il faut être très, très prudent avec les témoignages, même les plus sérieux. Les témoins en question sont la plupart du temps de bonne foi, ils ont été abusés par leurs sens, voilà tout. Je ne peux pas te le prouver, bien sûr. De toutes façons, ce serait impossible de vouloir reprendre un par un tous ces témoignages et de chercher à expliquer ce qu'ils ont réellement vu. On ne pourrait faire que des hypothèses. Mais ces hypothèses, par principe d'économie, seraient plus probables que l'hypothèse extraterrestre. Et puis je rappelle que la charge de la preuve incombe à celui qui affirme, sinon c'est trop facile. Pour prétendre être pris au sérieux, il faut donc avoir autre chose qu'un vague récit.

À une extrémité il y a un certain nombre d'illuminés qui prétendent avoir été enlevés et qui parfois fondent des sortes de sectes.

Ceux-là sont les moins crédibles de tous et sont parfois caricaturaux. À l'autre bout il y a, parmi ces milliers de témoignages, certains que les ufologues (ceux qui étudient les OVNI : en anglais, on dit UFO pour Unidentified flying object) considèrent comme sérieux et probants. Déjà, il en reste très peu, quelques dizaines tout au plus. Et puis ils ne sont pas fondamentalement différents des autres et les explications alternatives ne manquent pas. Pour l'instant, c'est bien trop léger pour prouver quoi que ce soit. Si on a envie d'y croire, on peut. Mais si on veut savoir la réalité des faits, il va falloir autre chose. En fait, c'est bien joli de se demander si on a déjà rencontré les extraterrestres. Peut-être qu'il faudrait se demander avant s'ils existent ou non.  Il n'y a en effet aucune raison pour que ce qui s'est passé sur Terre ne se soit pas passé ailleurs. Ceci dit, on ne peut pas envisager n'importe quoi : la vie n'a pas pu naître n'importe où.capture24-10.jpg Les lois physiques sont les mêmes dans tout l'Univers. En disant ça, je ne prétends pas que nous connaissions nous-mêmes toutes ces lois. Mais il y a déjà des conséquences assez fortes à cette hypothèse. Par définition, la vie est forcément quelque chose d'organisé et donc d'assez complexe.

Pour fabriquer quelque chose de complexe, il faut fabriquer des molécules un tant soit peu compliquées. Oh, pas grand-chose, quelques atomes suffisent. Pour que ces molécules un peu compliquées aient pu se fabriquer à partir des molécules simples et légères qu'on trouve naturellement, il faut que la réaction chimique ait pu avoir lieu. Cela suppose donc que les molécules simples étaient suffisamment proches pour pouvoir réagir entre elles. Le milieu doit donc être suffisamment dense. Le vide intersidéral, par exemple, même s'il n'est pas réellement vide, est trop dilué. D'autre part, pour que ces réactions chimiques puissent se faire, il faut des conditions de température assez précises. Trop chaud : les produits ne sont pas stables. Trop froid : la réaction se fait trop lentement. On ne peut donc pas voir apparaître de la vie n'importe où.

Près de chez nous, ça élimine plein d'endroits. Le Soleil, Mercure et Vénus trop chaud. Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune, Pluton trop froids. Mars, pourquoi pas ? Les petits satellites comme la Lune, bof : pas d'atmosphère ou presque, et du coup les températures sont extrêmes, voir Europa, Encelade et Cérès ou il y a peut être de l’eau a l’état liquide ce qui aide peut etre a la création de la vie

On sait depuis quelques temps qu'il n'y a probablement pas de vie sur Mars. Dommage. Il va falloir chercher ailleurs. Mais ailleurs, c'est bien plus loin. Et puis c'est vaste... Dès qu'on regarde au-delà du système solaire, on prend le vertige. Rien que dans notre Galaxie, il doit y avoir plusieurs milliards de systèmes planétaires. La plus proche étoile se trouve à quatre années-lumière de nous. Or on est très loin de pouvoir voyager à la vitesse de la lumière, on est très loin de pouvoir emporter autant de carburant nécessaire...

capture17-23.jpg On y arrivera peut-être un jour. Sûrement, même. Moins rapidement que ce qu'on pensait il y a trente ans, quand on venait de marcher sur la Lune, peut-être, mais on y arrivera. En attendant... va falloir se contenter soit d'attendre, soit de communiquer autrement. En fait, un truc qui va aussi vite que la lumière, ce qui est bien pratique pour communiquer le plus rapidement possible, c'est la lumière elle-même, autrement dit une onde électromagnétique. On peut soit envoyer un signal, mais alors il faudra une antenne sacrément puissante, soit observer des signaux. C'est ce qu'on fait, d'ailleurs, depuis quelques années. On écoute. Sans succès.

Pour l'instant on en est réduit à attendre

Que se manifeste une civilisation extraterrestre plus évoluée que nous... On peut attendre longtemps. D'autant que si elle est plus évoluée que nous, elle n'a pas forcément intérêt à perdre son temps à venir voir ce peuple primitif qu'est l'humanité.

En attendant, en tous cas, que les auteurs de science-fiction et les illuminés rêvent tout leur soûl de téléportation, d'hyperespace et de guerre des étoiles. Vu le bazar que c'est sur Terre, on n'a pas forcément les moyens financiers de s'occuper d'aller voir ailleurs... Il y a des gens qui croient à la lettre des choses écrites et qui en tirent les conséquences, alors ils ne peuvent avoir totalement tort, donc ce qui est écrit est vrai.

Si vous deviez aller jusqu'au bout, vous retournerez un millénaire en arrière, au moment où les autorités religieuses prétendaient appliquer la Bible à la lettre. Eh oui, la Bible (et bien d'autres livres du même genre) figure parmi les ancêtres illustres de notre science-fiction. Il y a quelques temps quand même que l'on s'arrange pour faire dire à la Bible ce qui nous arrange histoire que ça colle mieux à la réalité, et qu'on ne prend plus ce qu'elle nous dit pour argent comptant (à part quelques extrémistes). Pour prendre un exemple du même tonneau, ce n'est pas parce que des gens croient que le monde a été créé en sept jours il y a 4000 ans que ça a un fond de vérité.

Les théories des complots

Soient le reflet d'un malaise, c'est certain. Comme tout mouvement protestataire, d'ailleurs. Mais on ne peut pas en déduire de cette présomption de plus que les extraterrestres sont parmi nous. En fait, cette hypothèse est superflue : des extraterrestres qui viennent parmi nous mais qu'on ne rencontre pas ou peu parce que les gouvernements nous les cachent, et qui se livrent en secret à diverses manigances, eh bien ils ne servent pas à grand-chose à part à entretenir une espèce de paranoïa chez un certain nombre de fêlés.

En fait, ces thèses complotistes me rappellent l'histoire des corbeaux. Si je dis « Tous les corbeaux sont blancs », c'est une thèse scientifique puisque je peux faire l'expérience et qu'il suffit de trouver un corbeau noir pour prouver que c'est faux. C'est scientifique mais c'est faux (vu que je n'ai aucun mal à trouver un corbeau noir). Si je dis « Tous les corbeaux sont noirs », c'est tout aussi testable : il suffit de trouver un corbeau blanc pour prouver que c'est faux. Tant que je n'aurai pas trouvé de corbeau blanc, l'hypothèse ne sera pas fausse. Par conséquent elle sera vraie jusqu'à preuve du contraire, comme toute la science d'aujourd'hui et du passé. C'est comme ça que ça marche. Mais si je dis « Il existe des corbeaux blancs mais vous ne les trouverez jamais », je ne fais pas de la science vu que rien ne peut venir me contredire.

C'est pareil avec les théories du complot gouvernemental visant à nous cacher les extraterrestres : rien ne peut venir contredire les adeptes de ces théories, qui ont tôt fait de trouver une nouvelle clause rendant leur théorie non testable dès qu'on leur formule une objection. C'est donc du domaine de la croyance, au même titre que la croyance en Dieu, Allah, Krishna, ou le Grand Schtroumpf.

Les extraterrestres, des nouveaux dieux ?

Ça en a toutes les caractéristiques dans l'esprit des gens qui y croient dur comme fer de manière déraisonnable. C'est une nouvelle religion.

Ça rejoint le mythe du Dieu suprème, tout puissant, éventuellement créateur de notre monde, qui agit par miracles par-ci par-là. Ce n'est pas testable par essence, donc non-scientifique. Et ce n'est pas un jugement de valeur, hein, je laisse les gens croire à ce qu'ils veulent tant qu'ils ne prétendent pas m'imposer quoi que ce soit et tant qu'ils ne prétendent pas donner à leurs croyances ou leurs superstitions une apparence scientifique. Les religions répondent à des attentes, fort bien. Les extraterrestres sont arrivés à point nommé pour dépoussiérer les religions et les rendre un peu plus tendance (d'ailleurs il y en a certains, donc Raël, qui ont réuni deux mythes en un et prétendu que le Christ était en fait un extraterrestre, amusant, non ?). Pourquoi pas ? Fort heureusement, on vit dans un pays laïc. On a donc le droit de croire en ce qu'on veut sans que ça influe sur la marche de l'État.

Les astronomes aussi regardent le ciel, pensent aux civilisations extraterrestres, les écoutent, les cherchent. D'excellents romans de science-fiction ont été écrits par des personnes à l'esprit scientifique développé et sont à même de faire rêver n'importe qui. On n'est pas obligé d'en oublier la réalité et de régir sa vie en fonction de ça, c'est tout.

L’attitude du scientifique est la meilleure, parce qu'au lieu d'enfermer le rêve dans une religion ou un carcan pseudo-scientifique codifié, la science apprend à réfléchir pour aller plus loin dans le rêve.

Outre le fait que c'est bien pratique d'avoir une culture scientifique pour ne pas se laisser avoir par le premier charlatan venu, c'est bien agréable aussi, puisque la science donne les clefs du rêve.


RETOUR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site