Referencement gratuit

PREPARATION A UNE EVENTUELLE RENCONTRE

Une étude prospective d'analyse de scenarii visant à envisager ou préparer une éventuelle rencontre avec des extraterrestres en conséquence quels en serait l’impact sur la civilisation terrienne

Le contact avec des formes non-terrestres de vie est un sujet qui a fait l'objet de nombreuses spéculations de la part d'auteurs de science-fiction, avec des controverses, des craintes et des espoirs. Des scientifiques envisagent également la forme d'un « premier contact » et les possibilités de communication.

capture66-4.jpg Ils ont envisagé de nombreux scenarii où les extraterrestres seraient bienveillants (coopératifs ou non), neutres ou capables de volontairement s’en prendre à l’humanité ; voire dans le pire des cas, de détruire involontairement ou délibérément l’humanité sur terre.

Dans ce denier cas, détruire l'humanité (entière ou telle qu'elle existe), pourrait par exemple viser à sauver les potentialités de poursuite de l'évolution ou la possibilité pour d’autres civilisations de s’exprimer. Ceci pourrait être une motivation pour des extraterrestres qui observeraient la terre, car ils observeraient des changements écologiques et climatiques majeurs et accélérés, récents, conduisant potentiellement à une catastrophe. La seule source des problèmes (maintenant visibles de l’espace) étant l'humanité, une réponse extraterrestre pourrait être de détruire l'humanité.

capture08-2-18.jpg Le scénario le plus pessimiste en estimant que cette hypothèse est un « scénario hautement spéculatif » et que sans être la raison la plus convaincante de réduire les émissions de gaz à effet de serre, cette réduction pourrait un jour peut-être sauver l'humanité d'une attaque préemptive ou préventive extraterrestre (selon ce point de vue), car vus de loin, les changements dans l'atmosphère terrestre pourraient effectivement être interprétés « comme symptomatiques d'une civilisation de plus en plus hors de contrôle », incapable de réguler sa croissance et se dirigeant vers une crise majeure (de type Collapsus écologique) ou une obligation d'expansion dans l'espace, au détriment, possiblement d'autres systèmes de vie. Des mesures drastiques pour nous empêcher de devenir une menace plus grave pourraient être envisageables, selon les chercheurs.(voir le module « vie ailleurs » et les rencontres possibles )

 

Dans les scenarii négatifs, les chercheurs envisagent aussi;

  • un préjudice involontaire ou accidentel (maladies, etc.)
  • la possibilité d’être confronté non à des êtres vivants, mais à « une intelligence artificielle inamicale »,
  • les suites d’une expérience de physique qui pourrait mal tourner dans cette partie de la galaxie, etc.

Pour « renforcer les chances de survie de l'humanité », certains chercheurs, comme d’autres avant eux (quand on a envoyé dans l’espace des informations sur l’humanité et la position de la terre) appellent à la prudence dans l'envoi de signaux dans l'espace. Ils mettent en particulier en garde contre la diffusion d'informations sur notre constitution biologique, qui pourraient être utilisées pour fabriquer des armes ciblant mieux les humains. Certains estiment même que tout contact avec les extraterrestres devraient être limité aux discours mathématiques jusqu'à ce que nous ayons une meilleure idée du type d’intelligence en question. Nous ne devrions pas non plus donner l'impression d'être une civilisation rapidement expansive ni tendant à détruire les écosystèmes, ce qui pourrait nous faire passer pour "nuisibles", vu par le filtre d'une éthique extraterrestre

capture67-4.jpg Nous pensons et surement a tord que les extraterrestres sont gentils et civilisé. Cela risque d’être une grosse erreur de notre part. L’avancer technologique n’est pas un signe de sagesse. (Et nous ! le somme-nous ? Malgré notre technologie) Pas mal d’exemples le prouve sur terre (la colonisation de l’Amérique ou de l’Afrique) Les pays les plus civilisé ont toujours prie par la force les pays moins développer. Cela pourrait être la même chose pour une civilisation extraterrestre et peut être pour cela il est très important de ne pas faire m’importe quoi avec un contact vers une autre civilisation. Il serait préférable par mesure de précaution de rester peut être silencieux voir invisible aux yeux d’une autre civilisation et de rester humble et de s’organiser au cas où. De toute façon si une civilisation est en avance sur nous elle à tous les moyens de nous trouvez. Mais prévenir vos mieux que guérir.

Un autre point de vue c’est que nous sommes expansionnistes au détriment d’autres cultures. Les extraterrestres pourraient faire le choix de nous arrêter dans notre expansion afin de permettre à d’autres cultures ou civilisations de s’exprimer et de grandir en paix et rien n’est plus facile pour eux, car notre système actuel fonctionne sur l’électricité. Ils leurs suffiraient de la stopper

 Impacts sur la civilisation terrienne d'un contact extraterrestre

capture02-5-8.jpg Les différents types d’impacts consécutifs à un contact officiel avec des êtres extraterrestres :

- l’impact événementiel ;

- l’impact émotionnel ;

- l’impact religieux ;

- l’impact économique ;

- l’impact « politico-social ».

L’éventualité d’une réaction de panique au sein de la population dans le cas d’un contact avec une ethnie extraterrestre. Le mythe des réactions de panique suite à des événements traumatisants, conduisant la foule à des émeutes, des actions hystériques et destructrices, est trompeur et exagéré. En réponse à un contact public avec des êtres extraterrestres, la panique apparaît en fait comme une réaction peu probable. On n’a jamais trouvé de signes d’hostilité extraterrestre patente envers les humains. Si le dossier ovni était correctement présenté au public, un contact ne serait probablement pas perçu comme une menace imminente. Qu’en obtenant de l’information crédible, les risques de panique et de comportements destructifs seraient minimisés. Si les visiteurs de l’Espace ne manifestent aucune hostilité, il est concevable de penser que cette situation ne générerait, sur le moment, aucun mouvement de panique collective. Notons, cependant, cela se cantonne à l’événementiel, le jour du contact, et ne concerne pas les conséquences à moyen terme sur les structures sociales humaines.

Quelle serait la répercussion sur la sphère émotionnelle et psychique des individus en cas de contact officiel ?

 Dans son immense majorité, l’humanité serait en état de choc.

« En toute conscience, qui n’appellerait pas de ses vœux une telle rencontre ? Qui n’applaudirait pas des deux mains en songeant à tous les bénéfices que la civilisation humaine pourrait en retirer ? Qui n’imaginerait pas voir l’éradication du cancer, du sida, du paludisme ? Qui n’imaginerait pas assister à la fin de la dépendance au pétrole, la fin de nos problèmes de ressources non renouvelables ? La fin de la pollution effrénée, celle du réchauffement climatique ? Qui n’imaginerait pas la fin des conflits entre nations ? Des guerres territoriales ? Des guerres d’intérêt économique ? Des guerres de religion ? Qui n’espérerait pas en finir avec l’archaïsme religieux quel qu’il soit ? Qui ne verrait pas enfin l’occasion d’en terminer avec la faim et la soif dans le monde, des maux aussi basiques mais devant lesquels notre impuissance se révèle dans toute sa dimension dramatique ?capture69-2.jpgQue dire alors du traumatisme qui s’enchaînerait au premier si la réponse de l’extraterrestre était négatif et qu’il ne voulait remplir aucune des attentes de l’homme en souffrance ? Tout transfert de technologie pourrait avoir des effets très négatifs. Le Terrien ne comprendrait pas la réponse négative du visiteur extraterrestre. Ce dernier pourrait-il dire la vérité ? A savoir que s’il donnait ce que nous demandions, connaissant de nouvelles lois physiques mettant en jeu des puissances fantastiques, les Terriens ne pourraient s’empêcher de construire des armes, d’expérimenter les nouvelles forces au profit des dirigeants et des groupes industriels.

Les religions  

capture70-2.jpg Pour les religions, les conséquences d’une manifestation extraterrestre ? En fait, cela dépendrait de chaque religion. Dans l’Hindouisme, il est fait référence, dans divers textes sacrés (le Mahabharata, etc.), à des véhicules aériens appelés vimanas…les religions orientales, l’Hindouisme et le Bouddhisme en particulier, seraient probablement moins traumatisées par un contact extraterrestre que les religions du Livre (Judaïsme, Christianisme et Islam).

Si un contact extraterrestre se déroule avec un échange réduit d’informations, on peut aussi craindre, « une prolifération de sectes qui se feront ou les porte-parole des extraterrestres ou leurs pires ennemis pour des motifs connus d’elles seules, ainsi qu’un engouement du public en quête de vérités simples et tranchées pour ces groupes sectaires leur servant une réponse ad hoc ».

Economique

Suite à un contact extraterrestre, à quoi peut-on s’attendre sur le plan économique ? Des événements extérieurs, que les économistes appellent « chocs », joueraient un rôle déterminant. Le contre-amiral Gilles Pinon se demande si on peut concevoir un choc culturel plus violent, plus déstabilisateur que le contact impromptu avec des êtres extraterrestres intelligents. Le premier impact visible serait certainement un krach boursier consécutif à une perte de confiance des agents économiques, et un manque de lisibilité dans l’avenir. Dans l’attente d’une embellie, les économies ralenties verront le marasme s’installer… On peut supposer qu’entreront en scène des intérêts géopolitiques ou de sécurité nationale se manifestant par des conflits armés.

Politique

Quel serait l’impact d’un contact extraterrestre sur la sphère « politico-sociale » ? Il est à prévoir qu’une sérieuse perte de crédibilité affectera les autorités politiques et militaires. Ce processus s’étendra avec encore plus de violence sur la communauté scientifique « dont les élites arrogantes ont maintenu pendant 60 ans, et contre l’avis d’une partie de la société sensibilisée à ces phénomènes, un couvercle idéologique et irrationnel sur le dossier OVNI ». Le réveil sera difficile, et on cherchera des coupables. Dans le monde, beaucoup de gens accuseront leurs gouvernements d’avoir caché la vérité et les presseront d’avouer. En réalité, peu d’individus au sein des instances des divers gouvernements sont au courant de la réalité des OVNIS, car ils n’ont pas le « Need to Know », le besoin de savoir, et il est probable que les minorités réellement informées nieront savoir quoi que ce soit, effrayées par les répercussions qu’aurait l’aveu, sur les populations, de leur mensonge colossal. Et la plupart des gouvernements diront qu’ils ne sont pas fautifs puisqu’ils ne savaient pas.capture71-2.jpg« Il est alors à craindre qu’une querelle enflamme le public. Les plus virulents détracteurs auront de solides arguments pour clouer leurs autorités au pilori. Ils les accuseront de continuer à mentir effrontément. Ils relèveront les éléments à charge du dossier OVNI, des documents et des enquêtes imparables réalisées par des scientifiques atypiques et des bénévoles depuis un demi-siècle dans le monde entier. Ils ressortiront des cartons l’affaire de Roswell avec les affidavits des témoins (déclarations sous serment) et l’enquête du General Accounting Office ; ou plus proche dans le temps l’affaire de Varginha au Brésil. Ils évoqueront toutes les bonnes raisons utilisées jusqu’alors pour taire l’évidence : le besoin ultime d’éviter une panique publique à tout prix, la crainte d’un mouvement de panique religieux, la hantise d’une rupture de la paix sociale et d’une crise de confiance envers les autorités, etc. Ils diront que ces raisons n’ont jamais été fondées, que le secret et la désinformation étaient des mesures illégitimes et antidémocratiques, que le gouvernement a desservi le peuple en empêchant que les élites scientifiques ne s’attaquent au problème, que lui cacher la vérité n’a pas joué pour son bien. Ils diront que si le dossier OVNI avait été présenté loyalement au public, le contact ne serait probablement pas perçu aujourd’hui comme une menace imminente à l’instar d’une attaque militaire, que la population ne serait pas au bord de la crise de nerfs et que tout cela est de la faute des gouvernements. Ils diront que le peuple était capable d’encaisser cette vérité – en surestimant probablement sa capacité d’absorption. Il y aura de fins psychologues pour ‘‘achever l’ambulance’’ en disant que si tout cela avait été rendu public, il aurait été possible d’examiner de manière dépassionnée et scientifique comment réagir à ce type de situation et de recommander la meilleure solution. Ils diront que parce que la réaction officielle a été de traiter le sujet par l’absurde ou par le secret, il a été impossible de développer des réponses adaptées aux attentes du public, ce public angoissé et proche de la panique aujourd’hui avec ces engins lenticulaires stationnés ici où là. »

On évoquera aussi la question de savoir si un quelconque gouvernement a pu bénéficier de contacts préalables avec des entités extraterrestres. On posera au gouvernement la question : Que savez-vous réellement ? Sous la pression médiatique, et l’évidence croissante, la vérité sera dite pour éviter le scandale, mais on peut supposer que cette vérité sera tronquée, incomplète, adoucie, car il s’agit là de secrets militaires de première ampleur, « et que personne ne sera prêt à accepter le fait qu’on l’a trompé pour développer des programmes militaires suprêmement coûteux et agressifs dans son dos, ni parmi la population américaine, ni parmi les autres pays du concert international ».

Militaires                                                                                                                                                                                                                                                                                                             

Seron prises de fébrilité et de panique, et on peut s’attendre à ce qu’ils dépêchent un maximum d’études et d’actions de renseignement sur les visiteurs, à propos de leur technologie spatiale, leur armement, leur psychologie, leur physiologie, leur langage, leur informatique, leur histoire, etc. On peut craindre que le secteur de l’armement et de la recherche militaire soit dopé sur ordre gouvernemental, sans concertation et sans contrôle international, à la fois pour endiguer la montée des problèmes au sein de la société humaine tel que l’accès aux ressources essentielles, le maintien de l’ordre, la défense du territoire ; et, sur le plus long terme, pour accéder un jour à un stade où l’armée pourrait retrouver sa crédibilité et s’imposer face aux extraterrestres en ayant développé une technologie comparable. »

ONU

On aura besoin d’une instance chargée des relations avec les émissaires extraterrestres, d’une organisation spécifique en la matière. Cette organisation pourrait être accueillie sous l’égide des Nations Unies. Ainsi, l’organe de représentation de l’humanité chargé des échanges protocolaires avec les émissaires extraterrestres pourrait être un organe subsidiaire de l’ONU. Il s’instaurera, un terrible conflit d’influence entre l’ONU et les grandes puissances sur la question de la représentation de la société humaine auprès de la civilisation extraterrestre. Et certains Etats tenteront probablement, pour leur avantage propre, d’engager directement des pourparlers avec les visiteurs à l’insu de l’ONU et de leurs partenaires habituels. Il pourrait y avoir des ententes entre Etats au détriment de l’ONU. Les Etats-Unis useraient de leur poids pour s’affranchir des contraintes internationales s’appliquant aux autres pays, soit en agissant illégalement sans accord de l’ONU, soit en faisant pression sur les membres votants et sur leurs pays. Qu’y a-t-il de plus vital que l’irruption subite d’un acteur inattendu capable de supplanter la puissance américaine dans tous les domaines ?capture72-2.jpgLes démocraties

Dans une seconde période, face à la montée des revendications, des hystéries religieuses et sectaires, sur un terrain émotionnel perturbé, on pourra craindre une déstabilisation des démocraties au pouvoir fragile. La tentation de ‘‘retour à des régimes totalitaires prétendument capables de gérer une situation de crise ou de patrie en danger’’ sera forte comme le souligne Gilles Pinon, et surgiront un peu partout des hommes providentiels qui voudront se voir confier la destinée des populations. D’autant que suite à l’écroulement des économies, on tiendra les gouvernements pour responsables. Dans les Etats où la cohésion nationale est précaire, il y aura des mouvements de contestation se traduisant par la dissolution de groupes socioprofessionnels et par la formation de clans anarchisants, de tribus inféodées autour de personnalités fortes en rupture avec les lois. »

capture73-2.jpg Plusieurs années après, les suites de l’effondrement économique se feront dramatiquement ressentir : généralisation de la misère et de la famine ; épidémies, pandémies, pénuries de vaccins et de traitements… ; augmentation de la mortalité et écroulement de la démographie. La survie des gouvernements serait impossible, et on peut supposer qu’entreraient en scène des intérêts géopolitiques ou de sécurité nationale se manifestant par des conflits armés. Des dérapages nucléaires pourraient alors avoir lieu, « accompagnés de demandes brûlantes d’arbitrage et d’appels au secours auprès des émissaires extraterrestres ».

capture74-2.jpg Les émissaires

il est difficile d’imaginer des expéditionnaires prenant contact sans avoir au préalable soigneusement étudié la situation socio-économique, physique et politique de la Terre, et par-dessus tout sans avoir reçu le feu vert de leur hiérarchie planétaire pour une prise de contact officielle. Quel rôle se donneront-ils ? « Seront-ils de simples témoins passifs ? Pousseront-ils jusqu’à émettre des conseils sur la situation planétaire ? Iront-ils jusqu’à jouer les arbitres dans des oppositions humaines de type politique, diplomatique, ou dans des conflits plus graves concernant des dysfonctionnements économiques ou par exemple des problèmes de juste répartition des ressources ? Devront-ils revêtir leur habit de gendarme si certaines puissances passent outre les décisions de l’ONU et projettent unilatéralement des opérations militaires à l’encontre d’autres pays ? Témoin, conseiller, arbitre, gendarme, quelle sera l’attitude des mandataires extraterrestres vis-à-vis de nos querelles et de nos demandes d’intervention ? »

USA

Le gouvernement américain ne peut que craindre un contact extraterrestre officiel, car l’hégémonie des Etats-Unis serait alors menacée sur plusieurs terrains : Mise à mal de l’économie et mise à mal du dollar comme étalon du système financier. Possible remise en question de la suprématie du pétrole comme source d’énergie, mise à mal de leurs prétentions militaires hors de leur sol, mise à mal de leur influence culturelle sur le reste du monde, mise à bas de leur superpuissance face à l’armement extraterrestre, fin potentielle du capitalisme et fin potentielle du lobby militaro-industriel,

Stephen Hawking est un physicien théoricien et cosmologiste anglais,  Selon Hawking, les extraterrestres pourraient-êtres des colonisateurs dangereux. L’astrophysicien britannique révèle que l’existence des extraterrestres est presque certaine mais communiquer avec eux serait "trop risqué" pour l'homme, et les conséquences d'une rencontre pourraient-être dévastatrices pour l'humanité. En effet, si les extraterrestres nous rendaient visite, le résultat serait plus important que quand Christophe Colomb a débarqué en Amérique, ce qui n’a pas bien réussi aux amérindiens. Dans L’univers de Stephen Hawking, le cosmologiste estime que des extraterrestres évolués pourraient très bien être devenus des nomades cherchant à conquérir et à coloniser des planètes, tel que nous pourrions le faire nous même dans l'avenir.
Dans l’hypothèse de l’existence d’une vie extraterrestre, l’astrophysicien souligne que "le vrai défi est de savoir à quoi les aliens ressembleraient vraiment".

Les hommes ont déjà fait plusieurs tentatives pour contacter des civilisations extraterrestres. En 2008, la NASA, l’Agence Spatiale Américaine, avait notamment émis dans l’espace la chanson des Beatles "Across the Universe", afin d’envoyer un message de paix à d’éventuels extraterrestres. Ce message devrait arriver dans la région de Polaris en l'an 2439.

Comment l'être humain va réagir face à un être physiquement différent, totalement extérieur au seul monde terrestre qu'il connaît et de plus, forcément doté d'une intelligence inconnue supérieure à la nôtre qui lui aura permis son déplacement jusqu'à notre planète ?

capture75-2.jpg Le « xénocide »

Quel serait l’impact du contact officiel d’une civilisation extraterrestre avec la nôtre ? A la même enseigne que l’ethnocide terrestre, le terme de « xénocide » recouvre des réalités variées. Dans « Le Plan pour Sauver la Terre », le « xénocide », comme étant la catastrophe globale économique et culturelle résultant d’un contact prématuré avec une intelligence extraterrestre. Il y a 5 degrés de xénocide.

Dans le cas du xénocide de degré 0, la prise en compte de l’existence extraterrestre aboutit à des remises en question intellectuelles sans remettre en jeu ni les identités culturelles, ni les équilibres socioéconomiques profonds.

Dans le cas du xénocide de degré 1, le choc est amorti sur le long terme et la société planétaire entre dans une nouvelle ère.

Dans le cas du xénocide de degré 2, le contact provoque un effondrement majeur : le système économique est atteint, les systèmes religieux « sont ecapilotade », etc.

Dans le cas du xénocide de degré 3, c’est l’éradication des cultures terrestres, des systèmes de pensée, de l’économie, des religions et des philosophies…

Dans le cas du xénocide de degré 4, on a le summum de la violence, avec possibilité de disparition de l’espèce humaine ou sa rétrogradation à un âge sombre. « Il est important de noter que, les degrés compris entre 0 et 3 conduisent inéluctablement au métissage et à l’hybridation culturelle avec la ou les sociétés extraterrestres à l’initiative du contact, donnant lieu à une transformation profonde de la société planétaire, Le degré 4, par son amplitude, remet en question l’avenir de l’homme ainsi que ses relations avec les entités extraterrestres. »  

Les niveaux de contact :

Le contact de niveau I correspond à une prise de conscience généralisée, par le réseau social visité, de la présence exo biotique, sans que celle-ci ne transmette aucune information supplémentaire autre que son existence ostensible. Il s’agit par exemple du survol de quelques capitales du monde par une collection d’OVNIs visibles, annonçant clairement leur origine exogène par leurs comportements cinématiques défiant les possibilités techniques de nos aéronefs, suivi de leur disparition dans l’espace.

Le contact de niveau II s’apparente à une visite de courtoisie. Par rapport au niveau I, il s’échange des informations de type protocolaire sous forme de transmission hertzienne ou autre, voire d’un atterrissage suivi d’une visite d’émissaires en chair et en os. Ces informations n’ont qu’un caractère superficiel, même si elles apportent la quasi-certitude d’un contact bienveillant et l’origine galactique des visiteurs.

Le contact de niveau III suppose l’implantation de structures d’échanges et de communications à caractère permanent ou épisodique. Des relations diplomatiques sont établies, avec représentation corporelle ou non. Des données sont échangées dans des domaines variés : culture, art, histoire, science et technologie, religion, philosophie, économie, etc. Ces données n’ont pas de caractère opérationnel, ou un caractère opérationnel limité à notre niveau de connaissance.

Le contact de niveau IV  fonde sa différence sur la caractéristique des échanges. Il s’agit de transfert de connaissances scientifiques et/ou de matériel technologique. »

Ont distingue en outre 4 phases temporelles : la Phase I correspond à l’événement ponctuel du contact, la Phase II correspond aux premiers mois, à la première année (sans grandes conséquences structurelles), et la Phase III dure de 1 an à quelques années, période au cours de laquelle se manifestent les turbulences les plus graves et les problèmes les plus ardus à résoudre. Quant à la Phase IV, c’est celle du post-contact.

On peut illustrer ainsi le contact initié par des êtres extraterrestres bienveillants : par des atterrissages devant de nombreux témoins, et/ou d’autres actions d’envergure, des OVNIS habités par des entités extraterrestres se manifestent de façon ostensible, avec des intentions pacifiques.  Les divers types d’impacts envisagés : sur la sphère émotionnelle et psychique, sur la sphère religieuse, sur la sphère économique, sur la sphère « politico-sociale », scientifique et militaire. Une partie de l’humanité se rangerait comme alliée des visiteurs extraterrestres, pour des motifs divers (intérêt, etc.), alors qu’une autre partie de l’humanité s’opposerait à ceux-ci, également pour des motifs divers : fondamentalisme religieux, etc. Des accusations de traîtrise seraient lancées, par les opposants, contre les alliés.

Dans le cas d’un contact de niveau I et II, il se produira un choc culturel, de la peur et une confusion paralysante à l’instar de celle qui a saisi les Aztèques lors de la conquête espagnole emmenée par Cortès. Le contact de niveau I ou II s’apparente à une visite courtoise, à un échange d’informations superficielles et protocolaires sans engagement. Une manœuvre d’évitement, le refus d’une attitude plus engagée ou le départ des émissaires extraterrestres seraient vécus comme une catastrophe supplémentaire n’arrangeant pas les affaires humaines. Un engagement plus accru de leur part permettrait-il de redresser la situation ?

Dans le cas d’un contact de niveau III et +, le degré d’ingérence est bien plus élevé. Or, plus cette ingérence sera importante, plus la réaction immunitaire de rejet sera forte. L’humanité réclamera, tôt ou tard, des technologies pour l’assister, pour supporter ses nombreuses faiblesses dans les domaines cruciaux de l’alimentaire, de l’énergie et du médical. Mais le transfert d’informations scientifiques véhicule d’insoupçonnables problèmes difficilement solubles, et la fourniture directe de matériel technologique équivaudrait à déposer dans les mains d’un enfant un récipient de nitroglycérine. Une technologie avancée sans la spiritualité avancée qui va de pair est un instrument de mort. » Au nom de quoi, si ce n’est de sa spiritualité, l’Homme aurait-il un droit d’accès à une technologie supérieure ?

Alors quelles solutions restera-t-il ? Un programme plus invasif ? Des implantations technologiques militairement protégées par des extraterrestres sur le pied de guerre, décidés à repousser les révoltes et les tentatives de vol contre leurs installations ? Qui, dans ce cas, repoussera les révoltes des opposants contre les alliés, qui contiendront les guerres civiles ? Un contingent de l’ONU ? Et que vaudra-t-il, ce contingent, face à l’unilatéralisme américain ou chinois, qui jugera que ses intérêts vitaux ne coïncident pas avec les intérêts internationaux ?

Petit à petit, pris au piège de la spirale infernale, forcée par les événements, l’ingérence extraterrestre dérivera vers l’option ultime, la prise de commandement pour rétablir l’ordre. »

Le cas extrême de la prise de pouvoir par les visiteurs extraterrestres et de la mise sous tutelle de l’humanité (pour son bénéfice), avec xénocide de degré 3, n’interviendrait que si l’espèce humaine était en grand péril avec le risque de disparaître. C’est le seul cas où les avantages d’un tel coup de force seraient supérieurs aux dommages infligés. L’humanité devra adopter intégralement un nouveau modèle socioéconomique fonctionnant correctement (selon la loi du tout ou rien). Le patrimoine culturel humain sera préservé. Comme on ne peut pas remplacer les religions humaines par une nouvelle mystique si celle-ci n’est pas accompagnée de nouvelles bases conceptuelles (vision scientifique du cosmos), on instituera une religion unique basée sur les enseignements des maîtres terriens qui paraîtront en harmonie avec la connaissance des lois cosmiques qu’auront les visiteurs extraterrestres. Les idées ou conceptions erronées seront bannies du domaine éducatif. La cote d’angoisse générale sera élevée : agressivité, terreur, suicides, flux migratoires incontrôlés… La prise de pouvoir sera ressentie comme une dictature paternaliste immorale et illégitime, et on lancera des accusations de traîtrise envers les alliés humains coopérant au programme extraterrestre. Il y aura des rébellions, des foyers de résistance, des actes de sabotage. Vaincre les fanatismes idéologiques et les réticences de tous ordres (religieuses, philosophiques…) sera une tâche ardue qui ne pourra pas être traitée sans coercition. Par précaution, aucune technologie extraterrestre ne sera donnée aux Terriens.

En conclusion quel que soit le niveau de contact, le résultat est dramatiquement identique sur la civilisation humaine qui subit un xénocide de degré 3 ou 4, c’est-à-dire l’éradication des cultures, des systèmes de pensée, de l’économie, des religions et philosophies, « un effondrement global avec un risque aigu de génocide, avec en arrière-plan la rétrogradation de l’humanité à un âge sombre, un état de faible démographie, de faible niveau de développement sur une Terre ravagée ». Il n’y a pas d’échappatoire au désastre, Quelle que puisse être la bonne volonté de l’ethnie extraterrestre vis-à-vis de nous, sa compassion et sa détermination à nous venir en aide, on assiste impuissants à une succession de crises existentielles, une cascade de perturbations qui inflige au réseau social une blessure mortelle. Pour nourrir et occuper plus de sept milliards d’humains, le système actuel est en déséquilibre permanent, et c’est sa dynamique qui le maintient debout et lui confère une stabilité toute relative. Demain, un choc le renverse et bouleverse ses motivations, ses assises les plus profondes, et le système endommagé ne peut se relever.

Or l’aide extraterrestre ne peut venir profiter qu’à un système socialement stable et mature. L’aide extraterrestre viendrait aujourd’hui, elle serait détournée au profit des oligarchies dominantes et non pas à celui de l’humanité. » Si l’on songe à toutes les conséquences négatives qui surviendraient en cas de contact, on conclura à la justesse du principe de non-ingérence, et on tombera d’accord sur l’existence d’un code éthique extraterrestre. Cette éthique exige aujourd’hui, manifestement, l’absence de tout contact patent, ouvert et massif, elle fait du non-contact global (qui n’exclut pas le contact individuel, mais discret et brouillé, irrecevable en tant que preuve déterminante) une règle en respectant et en préservant l’évolution du psychisme inférieur jusqu’à ce que ce dernier accède à un certain stade de conscience.

La société humaine est une civilisation encore immature.

Elle est dépourvue de l’unité politique nécessaire à la gestion centralisée et rationnelle des ressources planétaires. Sa stabilité est remise en cause par son morcellement territorial, culturel, religieux, économique, et ses penchants destructeurs. Elle puise son énergie des ressources fossiles non renouvelables et met en danger les grands équilibres écologiques : dérèglement climatique, pollution de l’eau et des sols, diminution des boucliers naturels tels que la couche d’ozone, altération des équilibres génétiques, etc.

Son réseau social hétérogène subit un nombre élevé de contraintes antagonistes sans être doté des moyens adéquats de prise de décision et de gestion rationnelle sur le long terme. Son équilibre est une compromission permanente et insatisfaisante qui pourrait voler en éclat au moindre choc perturbateur. L’ambition de notre civilisation doit être l’équilibre. Pour l’atteindre, elle devra changer, devenir planétaire et stable sur le long terme. Le climat devra être suffisamment maîtrisé, ainsi que la démographie, les sources d’eau et l’agriculture. La consommation vorace des ressources non renouvelables devra faire place à une gestion pérenne des matières premières et de l’énergie.

La pollution devra être jugulée et contrôlée. Les instances dirigeantes devront gouverner l’ensemble de la planète au nom de la totalité de ses habitants et au sein d’une union abolissant les conflits physiques et les drames inhumains tels que la malnutrition, l’absence de soins, l’absence d’éducation, l’inégalité sous toutes ses formes. Ce point atteint représentera la pérennité assurée de la race humaine, dans un écosystème équilibré et sain. C’est également à partir de ce stade de maturité qu’un contact avec une civilisation extraterrestre sera permis sans risque de xénocide. Judicieusement, le contact ne serait donc établi qu’à partir de cette date où les stratèges extraterrestres seraient certains de son innocuité.

Tout l’enjeu de notre époque réside par conséquent dans la préparation au passage, ô combien délicat, de notre civilisation au stade suivant, équivalant en quelque sorte à la préparation au contact qui, dès lors, n’aura plus aucune raison de ne pas se produire. » La voix populaire appelle de ses vœux l’apparition d’êtres plus doués que l’Homme, car elle y voit naïvement la solution de ses maux, sans discerner l’abîme de l’ethnocide. Les films et les romans ont tellement banalisé la rencontre qu’il nous semblerait parfaitement stupide de trembler en voyant débarquer des êtres exobiotiques animés de bonnes intentions. Le film ‘‘Rencontre du troisième type’’, ainsi que la filmographie hollywoodienne, ont banalisé en un demi-siècle la possibilité d’une présence extraterrestre dans nos parages. Aujourd’hui, chacun se demande pourquoi le contact ne se produit pas puisque, apparemment, nos mentalités se sont forgées en vue de cette issue.

De la même manière, l’argumentation utilisée pour nier l’hypothèse extraterrestre est de dire que si de tels êtres existaient ils auraient déjà envahi l’espace et pris contact avec nous. Cette argumentation a la faveur de la communauté scientifique, des grandes institutions et du public.

Or ces opinions sont forgées sur des raisonnements erronés puisqu’ils ne tiennent aucun compte de la véritable dangerosité d’un contact entre des êtres appartenant à une race en avance sur la route de l’évolution et l’humanité actuelle. »

Le contact aurait des conséquences « xénocidaires », et les répercussions sur la société humaine seraient catastrophiques dans l’état actuel du réseau planétaire. « Ce qui enlève au passage tout caractère de paradoxe au problème soulevé par Fermi ; la réponse ‘‘les extraterrestres sont là et se cachent’’ change alors de statut, passant de l’hypothèse presque grotesque à l’évidence même. »

 Rapport de Christel Seval

Jamais dans l'histoire de la vie sur Terre, une espèce a été capable de modifier autant son milieu.

L'Homme l'a fait de manière irresponsable. Ainsi, l'augmentation des concentrations en gaz à effet de serre dans l'atmosphère est désormais visible depuis l'espace et pourrait attirer l'attention d'Extraterrestres (ET). Ceux-ci pourraient alors nous considérer comme une menace et décider tout simplement de nous anéantir, suggère un rapport, très sérieux, de la NASA.Dans leur rapport intitulé, « L'Humanité aurait-elle plus à gagner ou à perdre d'un contact avec des extra-terrestres ? Analyse des scénarios », les chercheurs rangent les rencontres en trois grandes catégories : bénéfiques, neutres ou adverses.

La rencontre heureuse

Les rencontres bénéfiques vont de la simple détection de l'intelligence extraterrestre (ETI), au contact avec des êtres bienveillants qui nous aident à résoudre nos problèmes (faim, pauvreté, maladies) en passant par l'interception de messages en provenance d'extraterrestres.

D'autres issues « bénéfiques » envisagées par les auteurs sont une victoire militaire de l'humanité contre un agresseur extraterrestre plus puissant, ou même l'intervention d'un deuxième groupe d'ET venus à notre rescousse. « Dans ces scénarios », écrit l'auteur, « l'humanité ne remporte pas seulement une victoire morale sur un adversaire redoutable, mais aussi une victoire technique, en tirant parti des technologies des extra-terrestres ».

La rencontre frustrante

Mais les rencontres d'un autre type pourraient bien s'avérer moins palpitantes et laisser la vie extraterrestre largement indifférente à l'humanité. Les extraterrestres pourraient être trop différents de nous pour que l'on puisse établir une véritable communication, ou encore bien trop avancés pour que nous présentions un quelconque intérêt. Enfin, ils pourraient inviter l'humanité à se joindre au "Club galactique" mais à des conditions trop lourdes et contraignantes pour que le jeu en vaille la chandelle.

Mais le rapport envisage aussi que la rencontre avec les extraterrestres pourraient avoir un effet dévastateur, comme l'illustrent de nombreux films du genre.

La rencontre catastrophique

Le scénario du pire est la destruction volontaire ou accidentelle de l'humanité. Les visiteurs venus de l'espace pourraient ainsi chasser les humains pour les manger ou les réduire à l'esclavage ou encore les écraser physiquement ou les décimer via des pandémies incurables. Tous ces scénarios peu engageants, ont largement été repris dans les films de science-fiction catastrophes avec plus ou moins de réussite comme La guerre des mondes, Starship Troopers, Independance Day, Skyline, Battleship...

Dans le scénario accidentel, une civilisation nettement plus avancée que la nôtre aurait déchaîné accidentellement, ou à la suite d'expériences mal maitrisées, une intelligence artificielle destructrice. Celle-ci pourrait avoir anéanti ses créateurs et transformé une partie de la galaxie en un milieu hostile à toute vie. Là aussi, le célèbre film de star trek « les borgs » donne vie à une partie de ce scénario (voir aussi la Sonde de Von Neumann dans le module « paradoxes »)

Au-delà de ces premières raisons assez classiques, les extraterrestres pourraient considérer que l'Homme est un danger pour les autres civilisations et qu'il serait bon de le détruire de manière préventive, tout comme le font certains pays actuellement vis à vis de menaces potentielles. En effet, les ET, ici plus évolués, pourraient craindre les civilisations qui croissent très vite et dont le développement s'accompagne de la destruction d'autres formes de vie, comme l'Homme l'a déjà fait pour de nombreuses espèces, et continue de le faire.

Si attaque préemptive il y a, elle aura probablement lieu dans les phases initiales de notre expansion conformément à la logique que plus elle s'étend, plus une civilisation est difficile à contenir. Or, notre humanité pourrait bien entrer dans une période où son expansion rapide est détectable par les extra-terrestres. En effet, notre développement modifie visiblement la composition de l'atmosphère terrestre avec les émissions de gaz à effet de serre
De la même manière que les astrophysiciens étudient le spectre lumineux d'exo planètes pour y chercher la vie, d'éventuels extra-terrestres pourraient analyser la composition chimique de notre atmosphère pour y déceler une civilisation industrielle qui étouffe sous la pollution et qui modifie le climat de sa planète. Ainsi, des aliens « écolos » pourraient voir d'un mauvais œil les dégâts environnementaux que nous infligeons de manière totalement irresponsable et nous éliminer pour sauver la Terre et les autres planètes que nous pourrions coloniser.

Limiter nos émissions de gaz à effet de serre pour apaiser les aliens ?

"Ces scénarios sont autant d'arguments en faveur d'une limitation de notre croissance et de la réduction de notre impact sur les écosystèmes de la planète. A cet égard, la limitation de nos émissions de gaz à effet de serre est prioritaire car la composition atmosphérique peut être observée depuis d'autres planètes,

Même si nous n'entrons jamais en contact avec des extraterrestres, conclut le rapport, le fait de prendre au sérieux ces différents scénarios peut aussi nous éclairer sur notre propre vision de notre évolution pour lui donner une forme pérenne et créer les conditions de notre survie à long terme. En effet, plus que jamais, le sort de l'humanité est entre nos mains. Enfin, afin d'éviter les pires scénarios, et pour optimiser les chances de survie de l'humanité, les chercheurs préconisent de s'abstenir de toute émission dans l'espace d'informations sur notre constitution biologique. En effet, pour les chercheurs, ces informations pourraient servir à fabriquer des armes ciblées sur les humains. De la sorte, tout contact avec les ET devrait se limiter au discours mathématique "jusqu'à ce que nous soyons fixés sur le type d'intelligence extraterrestre auquel nous avons affaire

Note : Des informations succinctes sur la diversité des formes de vie sur Terre, l'humanité et la composition de notre organisme ont été enregistrées sur le célèbre "Golden Record", un disque embarqué à bord des deux sondes spatiales Voyager, lancées en 1977, qui croisent maintenant aux confins de notre système solaire.

Le meilleur point de vue est de ce mettre a la place de l’autre et de comprendre ce qu’il peut penser. Prenons du recule et regardons l’ensemble de la civilisation humaine aux yeux d’un regard extraterrestre  Que verraient-ils en premier : une civilisation développer aux prémisses de la technologie nucléaire. Une planète recouvert de grandes citées urbaines, contrôler et dominer par une seul race animale, les autres étant reléguer comme nourriture ou animaux de compagnie. Une civilisation entourée d’armes et de vaisseaux armés, divisé en plusieurs nations de cultures différentes, constamment en conflit entre elles. Une civilisation utilisant comme moyen énergétique des méthodes peut rentable et très polluantes, rejeter dans sont atmosphère et océans. Une destruction de sont éco système. Voila ce que verraient en premier lieu nos visiteurs.

Franchement sa donne pas envie de venir sur terre et de discuter avec nous

Voir aussi les chapitres suivant. Les conséquences d’une rencontre et les contactes possible

RETOUR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site