Referencement gratuit

 COMMUNICATION VERS L’ESPACE

L'humanité commence à capter plusieurs sources d'émission d'ondes radio lors des premiers développements de la radioastronomie durant la première moitié du vingtième siècle.

Un demi-siècle de science-fiction ayant fortement influencé l'imaginaire des chercheurs, l'hypothèse du message artificiel est souvent envisagée, lors des débuts de la radioastronomie

Pulsars

En 1968, une équipe de radioastronomes anglais découvre un signal radio extrêmement stable et régulier dans le temps, en provenance d’une région fixe du ciel. Le signal est d’abord baptisé « LGM-1 », pour Little Green Men 1 (Petit Homme Vert 1) car il est dans un premier temps soupçonné de ne pouvoir être d’origine "naturelle"

Capture04.jpg

Peu après, on découvre qu’il s’agit en fait du signal émis par un pulsar, le résidu ultracompact d’une étoile en rotation très rapide, émettant un fort rayonnement électromagnétique le long de son axe magnétique, le faisceau émis balaie périodiquement certaines régions du ciel tel un phare.

SETI Search for Extra-Terrestrial Intelligence.

Le programme SETI, pour la Recherche d'une intelligence extraterrestre, est un programme de recherche fondamentale d'origine américaine qui a été conçu dans l'objectif d'essayer de repérer des ondes électromagnétiques émises par des civilisations étant entrées dans le stade industriel, technologique et scientifique.

capture47-2-3.jpg Il regroupe aujourd’hui environ 70 projets internationaux dont l’objectif est de détecter les signaux qu'une intelligence non terrestre qui pourrait émettre, volontairement ou non, depuis sa planète d'origine. Pour cela, les projets analysent les ondes radio ou laser provenant de l'espace et essayent de détecter les signaux par opposition au bruit de fond.

 Le programme suppose qu’une autre forme de vie intelligente envoie des messages comme nous, voire nous cible.

Cette idée semble naitre au XIXe siècle et plusieurs idées voient ainsi le jour. On note ainsi celle de Carl Friedrich Gauss qui projetait de planter un champ de pins de forme géométrique au sein d’un champ de blé, le contraste devant être visible depuis Mars. La découverte des canaux martiens, interprétés alors comme des constructions intelligentes, va relancer plusieurs projets plus ou moins utopiques. Celui de Charles Cros consistait en une lampe électrique braquée au niveau d’un astre et envoyant des signaux périodiques. Nikola Tesla, persuadé d’avoir capté des signaux venant de Mars, étudie, dans les années 1930, la faisabilité d’une communication par ondes hertziennes.

 De nos jours, diverses technologies sont utilisées dans ce but :

  • Radiotélescope ;
  • Arecibo (programme SETI@home) ;
  • Signaux lumineux de type laser ;
  • Détection par télescopes ;
  • Cuves Cerenkov ;
  • Lumière visible ou rayons gamma.

La problématique de la recherche SETI traditionnelle est d'essayer de trouver une preuve de l'existence d'émissions électromagnétiques intelligentes en dehors de la Terre.

Jusqu’à ce jour, et en dehors du fameux "signal Wow!" capté en 1977, l’usage de ces technologies n’a donné aucun résultat concluant qui irait dans le sens de l’existence d’une civilisation extraterrestre comparable à la notre.

Toutefois, pour espérer obtenir un résultat, de telles technologies qui sont tributaires de la vitesse de propagation de la lumière dans le milieu interstellaire doivent pouvoir être mises en œuvre sur le long terme, voire le très long terme. En effet, la radioastronomie n’existant que depuis 1930 et les programmes de recherche de vie extraterrestre étant encore plus récents, cela signifie que le temps passé par l’espèce humaine à rechercher de possibles civilisations extraterrestres est encore très court si on le compare à la durée d’existence des civilisations telles que nous les connaissons.

Par ailleurs, on peut remarquer que l’usage des technologies en question implique notamment que l’hypothétique civilisation extraterrestre émettrice du signal dispose de technologies au moins similaires. Cela implique aussi que cette civilisation peut produire et produit effectivement des signaux exploitables par ces technologies. On peut donc logiquement exclure la possibilité de détecter par ces moyens des civilisations qui ne sont pas suffisamment avancées pour utiliser ces technologies (ou être détectées par elles) ou bien qui, à l’inverse, sont plus avancées technologiquement que nous ne le sommes et utilisent peut-être des technologies dépassant nos connaissances actuelles.

Seule la multiplication des techniques, méthodes et technologies utilisées, ainsi que leur usage à long terme, semblent donc pouvoir permettre d’espérer obtenir un jour le résultat escompté, à savoir la détection d’une intelligence extraterrestre.

Détecter un message

Nous pourrions détecter un message venant de l’espace sans savoir sont origine « un message perdu » tout comme probablement le fameux « Wow ».Une civilisation extraterrestre émettant des messages de communication entre elles, ses messages ce perdrons tout comme les émissions terrestre dans l’espace infini. Peut être par des ondes radio ou télévisuel et donc ses ondes ce disséminerons dans toutes les directions de l’espace. Les nôtres sont actuellement à plus de 100 années lumières pour les premières émissions terrestres. Nous pourrions par le plus grands des hasards tomber dessus sans en comprendre le moindre sens, tout comme les extraterrestres recevant une émission télévisuel terrestre du jeu jeoparti ou une communication téléphonique entre deux personnes. En comprendront ils le sens ? Nous pourrions les prendre comme un message a notre attention alors qu’ils ne voudraient absolument rien dire. Comme si nous avions capté un message extraterrestre « chérie rapporte du pain a la maison » Mais même si ce message ne veut rien dire il sera le premier et surtout il témoignera de la présence d’une autres civilisation dans l’univers.

Mais un autre problème ce pose ? Plus la civilisation avance dans sont évolution moins les pertes en ondes radio ou télévisuels sont importante du a la technologie. Tout passe par l’informatique et la fibre optique et donc beaucoup moins de transmission vers l’espace. Cela en est de même pour une autre civilisation évolué. Il se peut donc qu’il n’y a pas d’émission d’onde radio perdu dans l’espace en provenance de cette civilisation et en cela nous ne recevront peut être jamais de message

D’autres solutions pour détecter une autre civilisation

Si nous ne pouvons plus détecter par l’intermédiaire des ondes radio une autre civilisation. Il y a d’autres moyens. Regardons la terre depuis l’espace que voyons nous durant la journée, une planète bleu recouverte de continents sous l’éclairage de notre soleil, mais la nuit plus de lumière de notre soleil par contre la terre est remplis de lumière produit par l’humanité. Cela est un moyen pour une civilisation de savoir si une vie évolué existe sur la terre. Cela en est de même pour nous dans la recherche d’une autre civilisation. Mais hélasse nous n’avons pas encore les moyens technologique pour le détecter. Il est déjà impossible a l’heure actuelle de détecter une planète de la taille de la terre encore moins sont éclairage nocturne.

Une autre méthode. Si une civilisation évolué et industrielle existe sur une autre planète, elle emmétra des gaz industriel dans sont atmosphère cela tout comme nous ou une perte de chaleurs visible dans les fréquences infra rouge de la planète. Mais cela est encore du domaine du futur et des prochains nouveaux télescopes hyper puissants qui sont actuellement à l’étude.  

Messages aux extraterrestres

Plusieurs messages ont été envoyés de la Terre vers d’hypothétiques destinataires. Certains sous forme radioélectrique, depuis des radiotélescopes de puissance importante, d’autres sous forme matérielle, avec des sondes spatiales pour support. Partant du principe que les mathématiques sont un langage universel, ces messages utilisent la logique pour leur forme et contenu. L’autre principe est qu’une image vaut mille mots : des représentations graphiques complètent donc le tout, qui informent leur lecteur de notre apparence physique, entre autres.

capture48-2-3.jpg La plaque de Pioneer.

Sondes ayant emporté une « carte de visite » terrestre :

Pioneer 10 et 11, États-Unis, 1973 et 1974 : Plaque de Pioneer ; Voyager 1 et 2, États-Unis, 1977 : Voyager Golden Record.

Projet Cosmic Call

Projet Cosmic Call, ces messages conçus par Yvan Dutil et Stéphane Dumas sont envoyés à partir du Evpatoria Deep Space Center, 24 mai, 30 juin et 1er juillet 1999 vers les étoiles HD178428, HD186408, HD1900360 et HD190040. Le 6 juillet 2003, une version modifiée du message est envoyée vers les étoiles Hip 26335, 55 Cnc, Hip 4872, 47 UMa et Hip 7918.

Le 5 février 2008, pour célébrer ses cinquante ans d’existence, la NASA a envoyé un message vers l’espace contenant un des succès des Beatles : Across the universe. Ce message a été envoyé vers l’étoile polaire via le réseau d’antennes Deep Space Network, cinquante ans jour pour jour après le lancement du premier satellite américain : Explorer 1. Voyageant à la vitesse de la lumière, le message arrivera, très affaibli, environ 430 ans après son envoi (milieu du XXVe siècle), près de l’étoile polaire.

Autres types de recherches

Certains projets jugent que l'approche scientifique est trop restreinte pour rechercher des traces de vie extraterrestre. En conséquence, ils développent d'autres approches.

Ufologie

Bien qu'elle se concentre plutôt sur le phénomène OVNI, l'ufologie aborde également l'idée de vie extraterrestre (la science étudiant la vie extraterrestre a pour nom précis : l'exobiologie). En effet, la plupart des ufologues supposent que les ovnis sont des engins construits et/ou conduits par une forme de vie intelligente non-humaine. Les ufologues étudient également le cas des personnes qui prétendent être contactées. capture49-10.jpgLa problématique de la recherche SETI traditionnelle est d'essayer de trouver une preuve de l'existence d'émissions électromagnétiques intelligentes en dehors de la Terre.

Préparation à une éventuelle rencontre

Le contact avec des formes non-terrestres de vie est un sujet qui a fait l'objet de nombreuses spéculations de la part d'auteurs de science-fiction, avec des controverses, des craintes et des espoirs. Des scientifiques envisagent également la forme d'un « premier contact » et les possibilités de communication.  

  capture51-10.jpg  capture50-10.jpg

Message d'Arecibo

Le 16 novembre 1974, profitant de l'ajout d'une surface haute précision au réflecteur du radiotélescope d'Arecibo, des chercheurs lancent un message vers l'amas globulaire M13, qui se trouve à environ 25 000 années-lumière de la Terre. Il consiste en 1 679 nombres binaires. Le message, écrit par, entre autres, Frank Drake et Carl Sagan, donne de l'information sur le système solaire, la Terre et l'humanité.

capture01-26.jpgDes couleurs ont été ajoutées à ce message pour mieux voir les différentes parties mais le message réel ne comportait pas de notion de couleurs.

Le message d'Arecibo

Un message radio qui a été émis vers l'espace. Le nombre 1679 a été choisi parce qu'il est le produit de deux nombres premiers et ne peut donc être divisé qu'en 23 lignes et 73 colonnes, ou 73 lignes et 23 colonnes. Cela suppose que ceux qui pourraient le lire choisiront de l'arranger comme un quadrilatère. L'information arrangée de la première façon ne présente aucun sens alors que si elle est arrangée de la seconde façon, l'image contient des informations à propos de la Terre et de l'humanité. Si on lit de gauche à droite, elle montre les nombres de un à dix, les numéros atomiques de l'hydrogène, carbone, azote, oxygène et phosphore, les formules chimiques des sucres et bases dans les nucléotides de l'ADN, les nombres de nucléotides dans l'ADN, la structure en double hélice de l'ADN, un croquis de l'être humain et sa taille, la population de la Terre, le système solaire, et une image du radiotélescope d'Arecibo avec son diamètre.

Parce que le message mettra 25 000 années pour atteindre la destination voulue (et autant à une éventuelle réponse pour nous revenir), le message d'Arecibo était plus une démonstration de l'avancée technologique de l'homme qu'un réel essai d'entrer en contact avec une civilisation extraterrestre.

Explications

Nombres 

capture42-10.jpg En lisant de gauche à droite, les nombres 1 à 10 apparaissent en format binaire (la ligne du bas montre la position verticale de chaque nombre).

Même en connaissant le système binaire, l'encodage des nombres ne semble pas totalement évident, à cause de la façon dont ils ont été écrits. Pour lire les six premiers nombres, en ignorant la ligne du bas, il faut les lire en prenant les trois nombres binaires du haut vers le bas. Les nombres 8, 9 et 10 sont un peu différents puisqu'ils comportent une autre colonne, à droite de la première.

Éléments constituant l'ADN

capture43-10.jpgLes nombres 1, 6, 7, 8 et 15 représentent respectivement l'hydrogène (H), le carbone (C), l'azote (N), l'oxygène (O) et le phosphore (P). Ce sont les éléments qui constituent l'ADN.

Nucléotides

capture44-9.jpgDésoxyribose C5OH7, Adénine C5H4N5, Thymine C5H5N2O2, Phosphate PO4, Cytosine C4H4N3O, Guanine C5H4N5O,

Double hélice

capture45-10.jpgDouble hélice de l'ADN (la barre verticale représente le nombre de nucléotides)

Humanité

capture46-10.jpg L’élément au centre représente un homme. L’élément sur la gauche la taille moyenne d’un homme : 1 764 mm. Cela correspond au nombre binaire 14 écrit horizontalement multiplié par la longueur d’onde du message (126 mm). L’élément sur la droite correspond à la population humaine en 1974 encodée en 32 bits soit 4 292 853 750.

Planètes capture47-10.jpgLe système solaire : le Soleil, Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus, Neptune et Pluton (à l’époque de l’envoi du message, Pluton était considéré comme une planète). La Terre est décalée pour montrer d’où vient le message

Télescope

capture48-10.jpg La dernière partie représente le radiotélescope d’Arecibo avec son diamètre (2 430 multiplié par la longueur d’onde ce qui donne 306,18 m).

Décodage du message

Il existe 16 façons d’arranger l’image, il y a 4 coins dans un rectangle donc 4 possibilités pour le premier chiffre binaire, il reste ensuite la manière de les ranger soit ligne par ligne soit colonne par colonne donc 2 possibilités et il y a aussi les dimensions du rectangle soit 23 × 73 soit 73 × 23 donc 2 possibilités. Au total 4 × 2 × 2 = 16 possibilités, mais on peut les regrouper en deux groupes : pour 8 possibilités on obtient le Message d’Arecibo (comme sur la deuxième image, avec une rotation de 90°, 180°, 270°, avec une inversion horizontale (miroir), inversion horizontale + 90°, inversion horizontale + 180° et inversion horizontale + 270°) et avec les 8 autres possibilités on obtient le message ici à droite (comme sur l’image à droite, avec une rotation de 90°, 180°, 270°, avec une inversion horizontale (miroir), inversion horizontale + 90°, inversion horizontale + 180° et inversion horizontale + 270°).

 Beaucoup d’information nous concernant, leurs est donné dans ce message, en espérant qu’ils sont pacifistes sinon cela risque de ne pas être vraiment très bon pour nous

RETOUR

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×