Referencement gratuit

SETI  

SEARCH FOR EXTRA TERRESTRIAL INTELLIGENCE 

Etant donné l'étendue de l'Univers, le meilleur moyen pour trouver des extraterrestres intelligents est de chercher les messages qu'ils pourraient émettre

Nous ne savons donc pas quelles sont les chances de détecter un signal. Malgré cela, le projet de Recherche des intelligences extraterrestres  SETI  cherche et écoute. Il recherche des signaux visuels, des éclats lumineux et écoute pour découvrir d'éventuels signaux radio provenant d'extraterrestres intelligents

capture38-11.jpg Les étoiles et les planètes émettent naturellement des signaux radio, mais les signaux d'extraterrestres intelligents devraient être répétitifs.et.il existe une bande radio plus calme, avec moins de bruit de fond, d'une longueur d'onde d'environ 21 cm. C'est aussi sur cette bande que l'élément le plus abondant de l'Univers, l'hydrogène, émet naturellement un signal radio. Des extraterrestres intelligents pourraient comprendre l'importance de l'hydrogène et utiliser cette bande radio pour envoyer des signaux.
C'est donc là, entre autres, que SETI est à l'écoute.

SETI

Larecherche d’une intelligence extraterrestre est un programme d’origine américaine qui date des années 1960. Il regroupe des projets dont le but est de détecter les signaux qu’une intelligence extraterrestre pourrait émettre, volontairement ou non, depuis sa planète d’origine. Les projets analysent le spectre électromagnétique provenant de l’espace et essaient de détecter les signaux par opposition au bruit aléatoire.

 Le programme ne suppose pas forcément que ces extraterrestres essayent de nous contacter. Il essaie de repérer les ondes émises de manière intentionnelle ou non. De même, les ondes électromagnétiques émises de la Terre à chaque instant pourraient être détectées depuis l’espace sans que les humains cherchent pour autant à signaler leur présence.

capture42-2-6.jpg Depuis le premier projet Ozma de Frank Drake en 1959, on en compte en 2010 près de 90. Parmi les promoteurs du projet, on peut citer Carl Sagan.

Le 22 avril 2011, le radiotélescope Allen Telescope Array (ATA) est mis en « hibernation » par manque de fonds publics. Malgré ces difficultés, certains projets se poursuivent, et d'autres voient encore le jour. Le 5 décembre 2011, le radiotélescope ATA est remis en service grâce au financement du public et de l'US Air Force.

Genèse

Le 8 avril 1960, le radiotélescope de Green Bank commence une observation d'un nouveau type. En direction des étoiles Tau Ceti et Epsilon Eridani, il recherche des signaux artificiels d'origine cosmique. Ce projet baptisé Ozma, à l'origine de SETI, représentera près de 200 heures d'écoute, sur un seul canal, à la fréquence de 1420 MHz. L'idée venait d'un jeune chercheur, Franck Drake. Son doctorat en poche, il souhaitait réaliser un de ses rêves d'enfant, c'est-à-dire répondre à la question de Fermi « Sommes-nous seuls dans l'univers ? ».

Le directeur de l'observatoire, Otto Sturve, le soutenait mais lui avait demandé de ne pas faire de publicité autour du projet Ozma afin d'éviter les interférences avec la presse. Au mois de septembre 1959, la revue Nature publia l'article de Cocconi et Morrison ; ceux-ci préconisaient d'écouter le ciel à la fréquence de l'hydrogène, c'est-à-dire 1420 MHz. L'hydrogène est l'élément le plus fréquent dans l'univers. On peut donc imaginer qu'une éventuelle civilisation aura découvert son rayonnement à 1420 MHz et aura construit les instruments pour le détecter.

capture43-2-6.jpg Arecibo l’un des plus grands radios télescope du monde

Depuis SETI c’est développer ainsi que d’autres programmes découlant tel que SETI@home ou celui COSETY Les émissions de pulsations laser seraient peut-être une solution de communication selon Stuart Kingsley .

SETI a connue des hauts et des bas en cause le financement des programme et leurs développements, car pas mal de voie ce sont élever contre en prétextant la raison d’une écoute extraterrestre ne sert a rien car soient ils n’existent pas ou non pas encore le niveau technologique pour répondre ou soient ils sont trop loin et leurs émissions mettras des centaines d’années à nous parvenir

Projet SETI@home

Le programmes SETI analysaient seulement quelques fréquences radios à la recherche de messages potentiels et d'émissions de télévision envoyées par une civilisation de Type 0 mais peut-être pas par une civilisation avancée. En raison de l'énorme charge statique que l'on trouve dans l'espace profond, émettre un signal sur une seule fréquence est une source d'erreur. Au lieu de mettre tous les œufs dans le même panier, un système plus efficace est de diviser le message en bribes et de le distribuer sur un grand nombre de fréquences (par exemple par l'intermédiaire d'une transformée de Fourier) et ensuite de recomposer le signal à l'arrivée. De cette façon, même si certaines fréquences sont perturbées par des charges statiques, suffisamment d'information parviendront à destination où elles pourront être réassemblées par l'intermédiaire de routines de correction d'erreurs.

Cependant, n'importe quelle civilisation de Type 0 écoutant une seule bande de fréquences n'entendrait que des sons inintelligibles. En d'autres termes, notre galaxie pourrait être inondée par un flot de messages émis par des civilisations de Type II et III mais nos radiotélescopes de type 0 n'entendraient que des baragouinages. C'est l'une des raisons pour lesquelles les scientifiques chargés du projet SETI@home et autre MEGASETI ont choisi d'écouter simultanément des millions de fréquences pour éviter ce genre d'erreur.

capture40-10.jpg ATA au service du programme S3ETI

Stride nous rappelle que jusqu'à présent aucune recherche planétaire sur des fonds gouvernementaux n'a inclus la signature d'intelligences extraterrestres. Toutefois nous avons les moyens de rechercher indirectement une technologie extraterrestre dans le système solaire grâce à des radiotélescopes de la génération ATA (Allen Telescope Array), un interféromètre constitué de 350 paraboles de 6.10m de diamètre chacune actuellement en cours de construction à Hat Creek, dans l'ouest de la Californie, à 400 km au nord de San Francisco.

Aujourd'hui ce type d'instrument constitue la pierre d'achoppement de la recherche intégré au vaste programme SETI. Les 42 premières antennes du réseau ATA sont entrées en service le 11 octobre 2007.

Financé par le co-fondateur de Microsoft, Paul Allen, en collaboration avec l'Université de Berkeley de Californie (UCB) et l'Institut SETI, ATA a commencé à balayer le ciel radio dans l'espoir de déceler des traces de vie extraterrestre. "De nombreux secrets de l'univers sont plus près d'être percés" grâce à l'ATA, a-t-il dit. "Le radiotélescope peut remplir de nombreuses tâches, dont une surveillance étendue des ondes radio venues de l'espace et la recherche de technologie extraterrestre", a affirmé Paul Allen aux journalistes du magazine Forbes.

Le réseau ATA est un instrument qui permet d'étudier le ciel aux fréquences micro-ondes. Il est optimisé pour détecter des signaux entre 0.5 et 11 GHz, couvrant une bande du spectre électromagnétique beaucoup plus étendue que les recherches antérieures avec un seuil de sensibilité de 0.1 mJy à 1.4 GHz.

A terme, il aura une surface collectrice plus grande que celle du nouveau radiotélescope de Green Bank (GBT) et une résolution supérieure au vénérable radiotélescope d'Arecibo. ATA en serait la synthèse et l'une de ses premières missions pourrait consister à rechercher des phénomènes micro-ondes anormaux (AMP) ou des signaux radio non-identifiés (URS) dans le système solaire.

Pour Stride, "les raies d'émissions de l'hydroxyle OH et de l'hydrogène neutre identifiées par Cocconi et Morrison furent d'excellents premiers choix pour une fréquence d'appel SETI. Toutefois, après 44 ans de recherche aux alentours de ces fréquences, aucun signal confirmé n'a été identifié et il est peu probable qu'il existe une quelconque fréquence 'magique' ".

Il est intéressant de noter que le message envoyé en 1974 depuis Arecibo fut transmit à 2380 MHz (12.6 cm), une fréquence bien au-dessus de "trou d'eau". Les premières expériences "SETI actives" ne cherchaient pas à transmettre à certaines fréquences bien déterminées telle que 1420 ou 1665 MHz. De plus 2380 MHz n'est la seconde harmonique d'aucune fréquence particulière. L'émetteur d'Arecibo fut construit pour des expériences radars planétaires dans la bande S et Frank Drake l'utilisa parce que s'était le seul émetteur disponible.

capture01-36.jpgPour le Dr. Seh Shostak du projet SETI. La découverte que nous ne somme plus seul, auras peut être une réponse avant 2025. « Le jour ou nous ferrons la découverte de la vie extraterrestre. Cela sera le plus grand événement de tout les temps… » Mais pour le Prof. Stephen Hawking Une rencontre avec une autre civilisation extra planétaire serait une catastrophe

« Le choc des civilisations dans l’histoire de l’humanité a eu des retombées négatives pour les plus faibles or là il s’agissait d’une même espèce. Je crois que ce serait un désastre pour l’humanité, car ces extraterrestres seraient très en avance sur nous. »

Jusqu'à présent nous  n'avons rien mais Il y a beaucoup d'explications possibles...
L'espace est très vaste et la vie intelligente pourrait être très rare, la vie intelligente pourrait être si différente de nous que nous serions incapables de reconnaître ses messages, La vie intelligente ne s'est peut-être développée que sur Terre, ou bien elle s'est développée ailleurs mais a disparu.

Quoi qu'il en soit, si nous trouvions des preuves d'une intelligence extraterrestre, ce pourrait être aussi important que la découverte...
de l'atome, de l'ADN, de la gravité, de l'évolution, d’E=mc2 et du rock and roll réunis

 DRING, DRING    Allo ! Qui est là ?

RETOUR

 

                        

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site