Referencement gratuit

 UN MONDE DESERTIQUE 

Un monde désertique extraterrestre sera forcément assez similaire au nôtre, avec les mêmes contraintes. On peut s'en faire une idée en observant le désert glacé de Mars

 

Un désert se caractérise par son degré de sécheresse, sa température et sa végétation. Les déserts chauds, secs, semi-arides ou côtiers, le désert froid n'étant qu'une variante du monde glacé.

capture23-22.jpg A priori, le désert porte bien son nom, surtout lorsque souffle des tempêtes de sable torrides qui vous érodent le visage comme du papier émeri et vous dessèche à petit feu sous une chaleur accablante. Malgré tout, un désert comme le Sahara, le Mojave ou le Grand Canyon abritent quantité d'animaux et de végétaux qui ont apprit à survivre dans ce milieu hostile.

Le désert est constitué d'un mélange de dunes de sable, de reg (plaines de graviers), de zones salées et de régions montagneuses, contenant localement des oasis et des régions d'herbes sèches. Sur Terre ils s'étendent sur un cinquième de la superficie du globe et il y pleut en moyenne 50 mm (ou litres/m2) par an, parfois à peine quelques millimètres d'eau tous les 15 ou 20 ans.

Ces zones climatiques se trouvent pour la plupart dans une bande de 30° de part et d'autre de l'équateur où l'effet du Soleil, des vents alizés et des hautes pressions subtropicales assèchent la masse d'air, réchauffent le sol et finissent par déshydrater les organismes vivant en surface; c'est le cas typique du désert du Sahara où la température à l'ombre peut atteindre 57°C.

Quelques déserts sont situés en haute montagne derrière le versant au vent. A l'abri des pluies, ces régions reçoivent très peu d'humidité, elles se réchauffent et deviennent également désertiques. Les régions désertiques les plus douces sont les déserts côtiers du fait de l'influence océanique (désert d'Atacama, désert de Namibie). Leurs températures oscillent entre -4 et +35°C. Les terres soi-disant désertiques sont très riches et renferment beaucoup de nutriments. La moindre pluie transforme en quelques jours certains oasis asséchés en parterres de fleurs odorantes dans lesquels la matière organique est presque inexistante. Les rares catastrophes qui peuvent arriver à ces endroits sont des incendies, un climat froid ou les rares averses qui provoquent des inondations.

Le Sahara qui représente le plus vaste désert terrestre avec une superficie de 9.1 millions de km2, abrite une faune et une flore relativement abondante. Sans parler que chaque grain de sable contient plusieurs centaines de bactéries et de champignons, on trouve dans le Sahara des mammifères comme le dromadaire, l'antilope, la gazelle, le macaque de Barbarie, le caracal, le mouflon, l'onyx, la hyène, le léopard de Barbarie, le dingo, le chat des sables, le fennec, le chacal,  la gerboise, la chauve-souris, le rat, des volatiles comme l'aigle, le faucon, le hibou, le coq de bruyère, le fameux bip-bip, des reptiles comme le lézard, le caméléon, le monitor, le gecko ou la vipère cornue, des insectes comme le scarabée, le scorpion, le criquet ou la fourmi, des araignées et enfin des végétaux qui vont de l'acacia au palmier-dattier en passant par les plantes grasses (cactus, etc) et la fameuse welwitchia mirabilis qui vit plus de 1500 ans.

Malgré ses apparences hostiles, le désert est donc un lieu de vie où toutes les créatures doivent trouver une parade pour affronter la chaleur, l'éclat du Soleil, le manque d'eau et parfois de nourriture parmi d'autres défis.

Pour survivre les animaux du désert ont dû s'adapter. Si beaucoup de prédateurs portent encore une fourrure, tous s'abritent de l'ardeur des rayons du Soleil dans des abris sous roche ou sous la terre où la température peut chuter de plusieurs dizaines de degrés par rapport à l'air libre. Certains petits animaux ne boivent jamais et trouvent l'eau nécessaire à leur métabolisme dans les graines (certaines en contiennent jusqu'à 50%) et les plantes.

La plupart mènent une vie nocturne, dormant durant la journée à l'abri de la chaleur et sortant uniquement la nuit pour chasser et se nourrir sous un climat qui peut nettement se rafraîchir sur les hauts-plateaux d'altitude.

D'autres comme le crapaud préfèrent hiberner durant neuf mois à l'abri d'une galerie souterraine où la température est voisine de 15°C. Quelques animaux s'aventurent malgré tout à l'extérieur durant les grosses chaleurs et planent quelques heures au-dessus du sol en quête de petites proies.

Les plantes ayant besoin d'eau et ne pouvant pas se déplacer, deux stratagèmes ont été développés : soit elles étendent leurs racines près de la surface, en quête de la moindre trace d'humidité, soit elles développent des cavités spongieuses, des feuilles grasses et des épines dans lesquelles elles stockent la rosée ou la pluie en prévision des grosses chaleurs.

C'est ainsi que les cactus ont un réseau de racines dix à quinze fois plus étendu que leur partie aérienne (alors qu'une plante ordinaire développe un réseau de racine aussi étendu que sa partie aérienne). Quant au grand cactus d'Arizona ou les grands cierges mexicains, leurs tissus peuvent contenir jusqu'à 90% d'eau sous forme de sucs (d'où le nom de plante succulente), l'équivalent de10 tonnes d'eau distribuées dans le tronc et les racines !

Pour éviter de transpirer les cactus ont un petit nombre de stomates (pores des plantes) et leur épiderme est enduit d'une couche de cire ou est revêtu de poils ou d'épines. Enfin,    

Sous le Soleil et la poussière de Mars

Irradié sous les intenses rayons UV du Soleil, on y trouve du sable et des cailloux. Sa composition est voisine de celle des déserts terrestres, mais avec une teneur trois fois plus abondante en fer et deux fois plus faible en silicium (50% d'oxygène, 20% de silicium, 14% de fer et 7% d'aluminium). Sa coloration s'explique par la présence d'un oxyde de fer, la maghémite. Ce minéral, comme notre métal, attaqué par l'oxygène prend une couleur rouille. Il s'agit d'une variété d'hématite ferromagnétique. Si la composition chimique des déserts martiens est différente de nos déserts, le substrat meuble présente une densité de 1.6, similaire à la silice ou le sable terrestre. S'il y avait de la vie sur Mars on peut donc envisager qu'elle tirerait sa subsistance de la même manière que sur Terre et que les animaux vivant dans les déserts glacés de l'Antarctique, du Groenland ou du désert d'Atacama.

Cela dit, le sol poussiéreux de Mars semble être un oxydant très puissant capable de brûler n'importe quel composé organique y compris les plastiques, le caoutchouc ou la peau humaine aussi salement que l'agent de blanchiment non dilué d'une lessive ! La poussière martienne pourrait également contenir des traces de métaux toxiques, y compris l'arséniure de chrome hexavalent, une substance toxique cancérogène.

Nos éventuels explorateurs de la planète Rouge devront en tenir compte lors de leur mission en évitant de contaminer leurs habitacles avec de la poussière martienne au risque de devoir faire face à de sérieuses allergies ou brûlures. Si une créature extraterrestre évoluée vit dans un environnement similaire à celui de Mars, elle devra être immunisée contre les effets toxiques de cette poussière.

Plus froid que froid tu meurs.

Sur une planète glacée à l'image de la Terre, en hiver ou durant la nuit, sous l'effet du déplacement des masses d'air, le blizzard peut souffler à plus de 150 km/h et la température peut descendre jusqu'à environ -90°C sous abri. Si la planète est loin de la chaleur de son étoile solaire (1.5 UA) et son atmosphère tenue comme celle de Mars, la température nocturne peut plonger jusque -150°C. Aucun animal ne survit longtemps sous ce régime. A peine émerge-t-il de son nid douillet que ses extrémités commenceront à geler. Toutes les zones humides de son corps (museau, pattes, queue, yeux, etc) doivent être protégées au risque de geler en quelques minutes et de conduire à une issue fatale. Ce poison est plus rapide que le venin.

A ces températures l'alcool a gelé depuis longtemps (-114°C) et les matériaux se brisent au moindre choc. S'il faisait plus froid encore (-210°C), l'azote gèlerait et deviendrait aussi dur que l'acier. Arrivé ce stade c'est carrément l'atmosphère qui précipiterait sur le sol comme sur Pluton durant la saison hivernale ! Une planète glacée ne serait donc viable que tant que l'eau liquide et l'air ambiant ne descendant pas en-dessous d'environ -60°C, température sous laquelle la plupart des mammifères ou des oiseaux meurent

RETOUR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site