Referencement gratuit

UNE CIVILISATION SYMBIOTIQUE

 Une civilisation vivant en symbiose avec un ou des êtres différents est tout à fait plausible. Nous en avons quelques exemples sur notre planète

Si nous regardons notre planète nous avons de nombreux exemples, surtout dans les océans pour exemple le plus connue l’anémone et sont poisson clown ou le crabe porcelaine, la crevette et la murène. Alors il est tout à fait possible qu’une vie symbiotique ce développe ailleurs sur une autre planète. L’homme n‘est pas le but finale de l’évolution. La symbiose peut être une autre voie

Capture06 45  Capture07 42

Qu’est ce que la symbiose

La symbiose est une association intime et durable entre deux organismes hétérospécifiques (appartenant à des espèces différentes), et parfois plus de deux. Les organismes sont qualifiés de symbiotes, ou, plus rarement symbiontes (par utilisation de la traduction de symbiote en anglais) ; le plus gros peut être nommé hôte.

Aujourd'hui, la notion de symbiose est restreinte aux associations à bénéfice mutuel (d'après la définition de Pierre-Joseph van Beneden sur le mutualisme en 1875) et, dans son sens strict, de type obligatoire, les symbiotes ne pouvant survivre séparément.

En ce sens, la symbiose n'est pas une association à bénéfices réciproques (« gagnant et gagnant ») comme habituellement énoncé. Elle l'est dans le sens où « survivre c'est transformer les inconvénients en avantages et éviter que les avantages deviennent des inconvénients », pour éventuellement se survivre.

Dans le cinéma de science fiction nous avons un bel archétype de symbiose par le film Avatar. Une symbiose entre les arbres et sa forêt ainsi que entre la faune et les Na'vi.

Cella nous donne une petite idée de ce que pourrait être une civilisation basé sur la symbiotique. Elle serait surement comme dans le film ou s’en approcherais. Les Na'vi sont en harmonie avec l’écosystème de leur planète, si non, cela serait plus ; un parasite. Un peut comme nous sur la terre.

Nous pourrions imaginer une intelligence, utilisant une autre espèce de sa planète pour évoluer ensemble. (J’ai développé un modèle dans le dossier sur les possibilités de civilisations extraterrestre par l’exemple de La planète Hipotelia ou Les Hydropodes et les Polyphormes ont créée une civilisation ensemble. Cela reste utopique bien sûr).

Une civilisation symbiotique peur prendre des voies inattendues.Cela pourrait être non pas biologique ou mentale mais aussi physique voir même spirituel, chacun apportent a l’autre sa part ou sont complément. Voir même une symbiose artificiel par l’intermédiaire de la bio mécanique (une symbiose entre l’être et la machine) cela pourrait donner également un vaisseau spatiale en symbiose avec sont pilote. Cette mutualisme serait certainement artificiel et l’être quand a lui apporterais a la machine ou au vaisseau sont aide matériel (mécanique, approvisionnements, réparations, entretien)

Capture08 39

Nous voyons la un rapprochement entre la symbiose et la bio mécanique. Mais de même d’autres voient sont possible biologiquement entre l’animale et le végétale tout comme sur terre. Des êtres vivant avec l’aide ou en harmonie avec l’autre, en compagnie de un ou des végétaux de leur planète, utilisant peut être comme une demeure en contre partie de sa protection voir pour quoi pas de sa croissance ou de sont évolution. De même entre deux type du règne animal, ce confondants en une seule entité comme un genre de « parasite » collé sur le corps de l’autre. Peut être l’un apportant de l’énergie et l’autre la connaissance. Mais cela n’est plus du parasitage mais devient une collaboration mutuel

Point faible de la symbiose

Mais, car il y a toujours un « mais ». Si l’un des deux partie ne fait pas ce pourquoi il est destiné, il n‘y a plus symbiose et le système ne fonctionne plus. Il peut même devenir dangereux pour l’un ou les deux parties et devenir alors un parasite profitant de l’autre sans contre partie.

Un monde symbiotique ou une civilisation de cet archétype serait facilement sensible aux influences d’une autre civilisation cars il lui suffirait d’influencé ou de détruire l’un des symbiotes. Toutefois une symbiose a l’ensemble de la planète devient là beaucoup plus difficile a influencé ou a détruire, mais là nous pouvons commencer a parlé d’un monde orienté vers une conscience collective et peut être universelle (voir le dossier sur ce sujet)

La symbiose est un élément important de la vie terrestre

Nombreux exemples comme les endosymbioses. La population microbiennes extrêmement nombreuses et variées que nous hébergeons dans notre organisme, et sans lesquelles nous ne pourrions survivre (L'intestin humain contient entre 1000 et 1150 espèces de bactéries comme Escherichia coli ; cette microflore représente chez un adulte plus d'un kilogramme de biomasse. Elles ont un rôle favorable dans la digestion, dans la régulation du système immunitaire et empêchent la colonisation par des organismes pathogènes).

Mais il s'agit de coopérations, aussi indispensables qu'elles soient, qui semblent bien plus modestes. A ce jour aucun virus ou microbe (non plus d’ailleurs que d'organismes eucaryotes) n'a bouleversé le cycle énergétique et alimentaire des humains en leur donnant la possibilité de devenir plusieurs centaines de fois plus grands ou de conquérir des espaces aériens voir océaniques encore hors de leur portée. Seul des scénarios de science-fiction pourraient illustrer de telles transformations. Si un tel phénomène voyait le jour, ce ne serait pas en tous cas à la suite d'une symbiose biologique mais d'une symbiose entre un organisme biologique et un système technologique. « La Bio mécanique »

Théories symbiotiques de l'évolution

Selon la biologiste Lynn Margulis, célèbre pour son travail sur l'endosymbiose, la symbiose est un facteur clé de l'évolution des espèces. Elle considère que la théorie darwinienne, axée sur la compétition, est incomplète, et affirme qu'au contraire, l'évolution est orientée par des phénomènes de coopération, d‘interaction et de dépendance mutuelle entre organismes vivants.

À tous les niveaux d'organisation du vivant, seuls survivent, et se survivent, les associations à avantages et inconvénients réciproques et partagés.

Capture09 42

L'origine des organismes multicellulaires pourrait ainsi être d'origine symbiotique : des colonies d'unicellulaires auraient fini par former des assemblages permanents (un organisme multicellulaire) où chaque cellule s'est spécialisée. Cette idée est relativement ancienne, on la trouve dans la Gastraea hypothesis de Ernst Haeckel par exemple.

Selon l'hypothèse de l'endosymbiose, les chloroplastes des végétaux ou les mitochondries des eucaryotes seraient issus de bactéries symbiotes. La cellule est une endosyncénose modulaire, elle a émergé par juxtaposition et emboîtement de partenaires devenus indissociables, le noyau d'abord, puis les autres organites.

D’autres exemples

Le lichen est une union entre une algue unicellulaire et un champignon : l'algue retire de la relation un apport important en eau et en sels minéraux ainsi qu'un gîte. Le champignon, hétérotrophe, retire le glucose nécessaire à sa croissance que produit l'algue par la photosynthèse. 

L’Acacia cornigera, un arbre myrmécophile, ne peut survivre qu’avec une colonie de fourmis.

Les branches du Barteria, naturellement creuses, offrent à une espèce de fourmis, les Tetraponera, un confort sans égal. Mais en plus d'offrir un gîte, l'arbre propose aux fourmis une table garnie en permanence grâce aux bords de ses feuilles parsemés de glandes à nectar que celles-ci récoltent à longueur de journée. En échange des services rendus, les fourmis offrent à l'arbre une protection pour contrer ses ennemis jurés : les mangeurs de feuilles. Les Tetraponera possèdent, en effet, à l'extrémité de leur abdomen un redoutable dard venimeux, et elles éliminent les lianes et lichens qui viennent déranger leur arbre préféré.

Capture10 39

Symbiose parfaite entre le poisson clown et l’anémone


RETOUR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site