Referencement gratuit

ATA

ALLEN TELESCOPE ARRAY

ATA (Allen Telescope Array), un interféromètre constitué de 350 paraboles de 6.10m de diamètre chacune actuellement en cours de construction à Hat Creek, dans l'ouest de la Californie, à 400 km au nord de San Francisco

capture38-8.jpg Aujourd'hui ce type d'instrument constitue la pierre d'achoppement de la recherche intégré au vaste programme SETI. Les 42 premières antennes du réseau ATA sont entrées en service le 11 octobre 2007.

Financé par le co-fondateur de Microsoft, Paul Allen, en collaboration avec l'Université de Berkeley de Californie (UCB) et l'Institut SETI, ATA a commencé à balayer le ciel radio dans l'espoir de déceler des traces de vie extraterrestre. "De nombreux secrets de l'univers sont plus près d'être percés" grâce à l'ATA, a-t-il dit. "Le radiotélescope peut remplir de nombreuses tâches, dont une surveillance étendue des ondes radio venues de l'espace et la recherche de technologie extraterrestre", a affirmé Paul Allen aux journalistes du magazine Forbes.

Le réseau ATA est un instrument qui permet d'étudier le ciel aux fréquences micro-ondes. Il est optimisé pour détecter des signaux entre 0.5 et 11 GHz, couvrant une bande du spectre électromagnétique beaucoup plus étendue que les recherches antérieures avec un seuil de sensibilité de 0.1 mJy à 1.4 GHz.

f36.jpgA terme, il aura une surface collectrice plus grande que celle du nouveau radiotélescope de Green Bank (GBT) et une résolution supérieure au vénérable radiotélescope d'Arecibo. ATA en serait la synthèse et l'une de ses premières missions pourrait consister à rechercher des phénomènes micro-ondes anormaux (AMP) ou des signaux radio non-identifiés (URS) dans le système solaire.

Les phénomènes AMP ou URS peuvent être recherchés au cours d'un programme de veille "All sky" ou en ciblant des objets particuliers du système solaire. Ces signaux peuvent atteindre la Terre de pratiquement n'importe quelle direction, mais la probabilité est plus élevée d'en trouver en explorant les régions comprises dans le plan du système solaire, une zone qui s'étend sur environ 17°  de part et d'autre de l'écliptique dans laquelle transite toutes les planètes et les lunes du système solaire.

Un AMP ou USR peut être généré par un phénomène artificiel mais également par une source naturelle comme le bruit d'une explosion, telle celle à laquelle on assista en 1994 avec la collision de la comète Shoemaker-Levy 9 avec Jupiter. L'événement fut enregistré au télescope optique et au radiotélescope.

Dans l'interview accordée à la SETI League cité précédemment, Stride disait en suspens : "On peut prétendre que si des sondes intelligentes extraterrestres se trouvent dans le système solaire et transmettent un signal vers la Terre, intentionnellement ou non, que nous pourrions le détecter avec l'infrastructure SETI actuelle. Toute personne connaissant les moyens à disposition de SETI n'accepterait cette allégation pour d'autres fréquences que la bande de 1 à 3 GHz (en particulier les raies de 18 et 21 cm)". 


RETOUR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site