Referencement gratuit

ISRO

L'Indian Space Research Organisation ISRO, est l'agence spatiale de l'Inde. Elle est chargée de concevoir et d'exploiter les satellites et les lanceurs nationaux.

capture12-5-2.jpgLe 22 octobre 2008, le président de l'ISRO, Gopalan Madhavan, déclare « Nous avons commencé notre voyage vers la Lune ! », après le lancement réussi de sa première mission vers la Lune, Chandrayaan-1.

L'ISRO s'efforce de développer un programme spatial habité, ayant pour finalité la marche sur la Lune. Les premières esquisses des capsules spatiales sont terminées et les tests de récupération se sont déroulés sans encombre dans le cadre du programme Space Capsule Recovery Experiment. À la fin des années 2000, elle espérait lancer un homme vers 2015 mais les déboires de son lanceur Geosynchronous Satellite Launch Vehicle dont deux exemplaires explosent en 2010 ont fait reculer cet objectif à une date indéterminée.

Elle lance fin mars 2012 des projets de recherche et développement sur des technologies critiques sur son programme de vol spatial habité (Centre spatial de Satish Dhawan, Polar Satellite Launch Vehicle, Geosynchronous Satellite Launch Vehicle, Programme Chandrayan). Le budget consacré à ces recherches s’élève à plus de 28 millions de dollars sur un programme estimé à au moins 2,5 milliards de dollars

L'enveloppe consacrée dans le budget spatial indien prévisionnel de 2012, qui s'élève à 1,3 milliard de dollars (991 millions d'euros  

Programme spatial de l'Inde 

Lanceurs                                                                                                                                                                                                                                                                                                                          SLV (1979-1983) • ASLV (1987-1994) • PSLV (1993-) • GSLV (2001-)

Sondes spatiales                                                                                                                                                                                                                                                                                        Chandrayaan-1 (2008) • Mangalyaan (2013) • Chandrayaan-2 (2014)

Satellites                                                                                                                                                                                                                                                                                                                      Science et technologie Aryabhata (1975) • Rohini (1979-1983) • SROSS (1992) • TES (2001) • GSAT-1 (2001) • GSAT-2 (2003) • SRE (2007) • GSAT-4 (2009) • Astrosat (2010) • Aditya (2012)                           

Observation de la TerreBhaskara (1979(1981) • Kalpana-1 (2002) • IRS (1988-2008) • RESOURCESAT-1 (2003) • Cartosat-1 (2005) • Cartosat-2 (2007) • EDUSAT (2008) • Cartosat-2A (2008) • Cartosat-3 (2009) • Megha-Tropiques (2009) • RISAT-2 (2009-) • Saral (2010) • RISAT-1 (2012-)                                                                                                                                           

Télécommunications SITE (1975) • APPLE (1981) • INSAT (1982-2007) • EDUSAT (2004) • HAMSAT (2005)                                                                                                                                                      

Système de positionnement IRNSS

Centres de lancement Centre spatial de Satish Dhawan

L’Inde a de grande ambition spatiale. En route vers une hypothétique base lunaire, mais elle doit faire face a des problèmes de lanceurs plus fiable et a un financement qui n’est pas a la hauteur de ses ambitions

Ambitions

L’Organisation de la recherche spatiale indienne vient de réaliser son 100ème lancement dans l’espace. Le lanceur PSLVC-21 a placé sur orbite des satellites français et japonais. Et même si par son ampleur le programme spatial indien est pour l’instant incomparable à celui des États-Unis ou de la Russie, cette situation pourrait changer.

Le satellite français SPOT-6, le sixième dans le cadre du programme français d’observation expérimentale de la Terre, est destiné au monitoring de la surface terrestre avec une résolution de 1,5 m. Ce satellite pèse 712 kg, et sa durée de vie en orbite est estimée à 10 ans.

L’Organisation de la recherche spatiale indienne (ISRO) participe également au lancement japonais en testant ses nouveaux systèmes d'avionique. L’appareil japonais est composé d’un petit satellite expérimental de 15 kg baptisé PROITERES (pour PRoject of OITElectric-Rocket-Engine Onboard Small Space Ship,).

L'ISRO a été créé en 1969. Mais l’histoire du programme spatial indien remonte à 1963, et l'année prochaine, il fêtera son 50e anniversaire. Et dans le contexte de ce jubilé, l’Inde a préparé un sérieux programme d’étude de l’espace, consacré principalement à l’étude de l’espace pour les besoins terrestres.

Les principaux lanceurs indiens PSLV (Polar Satellite Launch Vehicle) et GSLV (Geosynchronous Satellite Launch Vehicle) avec des versions différentes sont capables de transporter entre 1,05 t et 2,5 t de fret sur les orbites géosynchrones. Pour l’instant le projet PSLV est le plus réussi, car dans toute l'histoire de ses lancements ont ne compte qu’un seul échec – le premier tir, en septembre 1993. Le fait que ce lanceur ait été choisi pour le satellite SPOT-6 en dit long sur ses propriétés. Initialement prévu en août, le lancement a été reporté au 8 septembre pour des raisons techniques. À ce jour, l'ISRO a déjà envoyé dans l’espace 29 satellites des autres pays.

Quant au programme GSLV, il est moins bien achevé que son prédécesseur. Sur 7 lancements déjà effectués, seuls deux ont abouti et un n’a réussi qu’en partie. l'ISRO prévoit de lancer une nouvelle version du lanceur GSLV Ml.II. En outre, l'agence travaille sur une troisième version du lanceur – le GSLV Mark III, qui devrait pouvoir mettre en orbite de transfert géostationnaire des appareils de 4 tonnes. Le prototype de GSLV Mark III, prévu pour la fin de 2012, devrait effectuer un vol suborbital en 2013.

Si en termes du nombre de lancements dans l’espace, l’Inde est en passe de devenir un acteur important de l’aérospatiale internationale, en matière de recherche scientifique, la situation est complètement différente. Jusqu'au début des années 2000, l’Inde n’a participé à aucun programme de recherches spatiales. Son premier appareil scientifique, envoyé sur la Lune - la station interplanétaire Chandrayaan-1 - fut un réel succès technologique, qui a apporté aux astronomes des informations intéressantes sur le satellite naturel de la Terre. Lancée en 2008, cette station faisait partie du programme international aux côtés du projet japonais Kaguya, le Chang'e 1 chinois et le binôme de recherche américain LRO/LCROSS. Cette première réussite de la mission spatiale indienne a attiré l’attention de la communauté internationale.

Comme la plupart des puissances spatiales, l'Inde a élaboré ensuite son programme lunaire à long terme, prévoyant la construction et le lancement vers le satellite de la Terre d'engins d’atterrissage et des rovers. La deuxième mission Chandrayaan-2 devait avoir lieu en collaboration avec le projet russe « Luna-Ressours ». Cependant, la catastrophe de Phobos-Grunt a forcé l’agence staptiale russe Roskosmos à revoir ses projets de recherche et à modifier leur calendrier.

Difficile de dire si le projet russo-indien sera finalement réalisé. L'ISRO a déjà affirmé que son nouveau projet interplanétaire ne sera pas lié à la Lune, mais concernera Mars, et il devrait être lancé « très prochainement ». En 2013, un petit appareil spatial, devrait être envoyé vers la Planète Rouge depuis un satellite indien qui sera mis sur son orbite. Le changement des projets de Roskosmos (Agence spatiale russe), mais aussi la révision du planning de l’ISRO auraient pu être à l’origine de cette décision. Les chercheurs Indiens ont déjà envoyé une mission vers la Lune, alors que Mars représente pour eux un nouveau défi permettant de développer en même temps les technologies de l’ISRO. Il s’agit d’une approche caractéristique pour le début du programme spatial d’un pays, car l’agence spatiale indienne se concentre actuellement sur l’étude méthodique d’un objet céleste sans poser des défis techniques complexes, dont la résolution implique un travail plus complexe.

La préparation d’un projet spatial en un si court laps de temps suscite le scepticisme des spécialistes étrangers. La presse britannique juge irrationel de dépenser des fonds aussi considérables pour une mission aussi complexe, alors que la majorité de la population du pays vit en-dessous du seuil de la pauvreté. Ce projet spatial, modeste par rapport aux succès de la mission américaine sur la Lune, pourrait passer inaperçu dans la recherche spatiale internationale. Et si la mission lunaire s'inscrit dans le prolongement du programme entamé par l’ISRO, la mission sur Mars semble plutôt un tribu versé à la mode. Cependant, tous les spécialistes ne partagent pas ce point de vue. Le satellite envoyé sur l’orbite de Mars pourrait être très important pour l’Inde.


RETOUR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site