Referencement gratuit

UNION ASTRONOMIQUE INTERNATIONALE

capture04-27.jpgL’Union astronomique internationale (UAI ; en anglais International Astronomical Union, IAU) est une association internationale non gouvernementale dont l'objectif est de coordonner les travaux des astronomes à travers le monde.

Fondée en 1919, en vue de regrouper les projets de la Carte du Ciel, de l’Union solaire et du Bureau International de l'Heure (BIH).

Son premier président a été Benjamin Baillaud. Pieter Johannes van Rhijn a, quant à lui, servi à ce poste de 1932 à 1958. L’UAI est présidée depuis le 28 août 2006 par la Française Catherine Cesarsky.

L’UAI compte parmi ses membres des organisations scientifiques de 60 pays ainsi que plusieurs milliers d’adhérents individuels (9 414 en janvier 2009).

Organisation

L’UAI est seule habilitée à donner leur nom aux objets célestes. Elle encourage l’activité des écoles en astronomie.

Les langues officielles y sont l’anglais et le français. Sa permanence est située à l’Institut d'astrophysique de Paris. L’Union astronomique organise de fréquentes rencontres scientifiques et tient une assemblée plénière tous les trois ans, elle publie également un bulletin annuel.

Commissions

L’UAI se partage en 40 commissions (parmi lesquelles se trouvent le Bureau central des télégrammes astronomiques et le Bureau international de l'heure) réparties dans 12 disciplines :

Division

Discipline(s)

I

Astronomie fondamentale

II

Soleil et héliosphère

III

Sciences des systèmes planétaires

IV

Étoiles

V

Étoiles variables

VI

Matière interstellaire

VII

La Voie lactée

VIII

Les galaxies et l’univers

IX

Techniques d’étude du spectre visible et de l’infrarouge

X

Radioastronomie

XI

Physique des hautes énergies et techniques spatiales

XII

Activités communes à toutes les divisions

Nomination des objets célestes

Les commissions de l’UAI proposent des noms pour les objets du Système solaire, en particulier pour les planètes. Celles-ci adoptent les noms des dieux de la mythologie romaine, de manière cohérente. En raison de sa couleur rouge, la quatrième planète fut appelée Mars en référence au dieu romain de la guerre (qui fait donc couler le sang). Un autre exemple plus récent concerne la découverte d'un nouvel objet céleste plus grand que Pluton et a obligé les astronomes à redéfinir la notion de planète. L’UAI a ainsi créé une nouvelle catégorie d'objet céleste, les planètes naines et a nommé Éris, déesse de la discorde chez les Grecs, parce qu'elle a chassé Pluton du compte traditionnel des planètes qui est maintenant une planète naine.

Voici comment l’UAI nomme les objets célestes : ils reçoivent une désignation provisoire systémique composée de lettres et de chiffres puis un nom définitif après un certain temps (qui peut être très long).

Les objets découverts avant l'existence de l’UAI sont des exceptions :

  • les premières comètes prenaient le nom de leur découvreur. Par exemple, la comète de Halley découverte par Edmond Halley.
  • les astéroïdes se nommaient selon la fantaisie et le goût du découvreur.
  • les satellites, quant à eux, sont nommés en fonction du thème de leur planète : les titans et les géants de la mythologie grecque pour les corps en orbite autour de Saturne, les personnages de William Shakespeare pour Uranus découverte par un Anglais. Les experts de l’UAI peuvent aussi puiser dans les noms de célébrités décédées depuis plus de trois ans, à condition qu'elles ne fussent ni des militaires ni des politiques, pour éviter toute polémique.

Assemblées générales

Une Assemblée générale de l’UAI a lieu tous les trois ans. La derniere en date (28e) a eu lieu à Pékin en 2012

Les prochaine Assemblées générales prévues sont :

  • pour la 29e Assemblée générale : en 2015 à Honolulu, États-Unis ;
  • pour la 30e Assemblée générale : en 2018 à Vienne, Autriche.

Une Assemblée générale extraordinaire de l’UAI a eu lieu en 1973 à Varsovie,  Pologne, en commémoration du 500e anniversaire de la naissance de Nicolas Copernic.

BUREAU DES AFFAIRE SPATIALES DES NATIONS UNIS

capture10-24.jpg

Le Bureau des affaires spatiales des Nations unies (United Nations Office for Outer Space Affairs, UNOOSA) est une organisation de l'Assemblée générale des Nations unies chargée des questions liées à l'espace. L'organisation est basée au Vienna International Centre de Vienne et est dirigée depuis 2007 par Mazlan Othman. Elle maintient notamment le registre des objets lancés dans l'espace.

Comité des Nations unies pour l'utilisation pacifique de l'espace extra-atmosphérique

Traité de l'espace,  Militarisation de l'espace

ASIA-PACIFIC SPACE COOPERATION ORGANIZATION

L’Asia-Pacific Space Cooperation Organization (APSCO) (Organisation de coopération spatiale Asie-Pacifique) est, comme son nom l'indique, une agence spatiale intergouvernementale chargé de la coopération des programmes spatiaux des états-membres se situant dans la zone Asie-Pacifique. Celle comprend lors de sa création en 2008 sept états, dont six en Asie et un en Amérique du Sud.

Historique

En février 1992, une convention trilatérale (Asia-Pacific Multilateral Cooperation in Space Technology and Applications / AP-MCSTA) est signée entre la République Populaire de Chine, le Pakistan et la Thaïlande, dans l’objectif d’établir une coopération de développement spatial pacifique entre les pays de la zone Asie-Pacifique.

Sept ateliers et conférences internationales ont été organisés par l’AP-MCSTA entre 1994 en 2003, respectivement en Thaïlande, au Pakistan, en Corée du Sud, à Bahreïn, en Iran, en Chine et en Thaïlande, à la suite desquels il a été décidé de transformer cette initiative en une organisation permanente nommée Asia-Pacific Space Cooperation Organization.

La convention établissant l’APSCO a été finalisée en novembre 2003 et la cérémonie de signature s’est tenue à Pékin le 28 octobre 2005, en présence des ministres et représentants accrédités de 9 pays de la région : Bangladesh, République populaire de Chine, Indonésie, Iran, Mongolie, Pakistan, Pérou, Thaïlande et Turquie.

L'Indonésie et la Turquie, bien qu'ayant signée la dite convention ne fait pas partie des états membres de cette organisme en 2010.

Cinq autres nations, l'Argentine, le Brésil, les Philippines, la Fédération de Russie et l'Ukraine ont joint l'APSCO avec le statut d'observateurs en 2006.

Cette convention stipule que l’APSCO sera opérationnelle dès lors qu’au moins 5 États l’auront ratifiée, cela fut fait le mardi 16 décembre 2008, permettant la mise en place officielle du Conseil de l’APSCO.

En 2010, l'organisation définit dix projets de construction et lancement de satellites de recherche et de télécommunications de 500 à 600 kg.

Agences et administrations membres

  •  Bangladesh : Bangladesh Space Research and Remote Sensing Organization (SPARRSO)
  •  Chine : China National Space Administration
  •  Iran : Agence spatiale iranienne
  •  Mongolie : Information, Communications Technology and Post Authority
  •  Pakistan : SUPARCO
  •  Pérou : Comisión Nacional de Investigación y Desarrollo Aeroespacial (CONIDA)
  •  Thaïlande : Ministry of Information and Communication Technology

 

RETOUR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×