Referencement gratuit

LES GALAXIES

Un assemblage d'étoiles, de gaz, de poussières et de matière noire et contenant souvent un trou noir super massif en son centre. Leurs formations est du aux forces de gravité.

capture21-7.jpgIl existe 4 différents types de galaxie : Spirale, elliptique, Lenticulaire, irrégulière

La plus part des galaxies ont un trou noir super massif en leur centre

capture25-4.jpg Dans notre galaxie ce groom zéro est situer dans la constellation du sagittaire plus exactement nommé Sagitarius A. Notre Galaxie « La Voie lactée » est une galaxie spirale barrée de taille moyenne. Elle compte quelques centaines de milliards d'étoiles (1011) et a un diamètre de  l'ordre de 100 000 à 120 000 années-lumière. Notre système solaire ce trouve sur un des bras extérieur plus exactement dans une petite impasse nommé « Eperon d’Orion » entre 28 000 a 25 000 années lumière du centre. Nous somme à sa périphérie ce qui nous permet de voir vers l’extérieur de la galaxie sans être trop gêné par le nombre d’étoiles.  

capture26-5.jpg Quand nous regardons la voie lactée, cela est comme si nous regardions par la tranche une pièce de monnaie, notre regard ce dirige vers le prochain bras spiral « le bras du sagittaire » a 1000 années lumière qui est lui plus proche du centre de la voie lactée ou ce trouve un super massif trou noir.

La plupart des galaxies typiques comportent un nombre similaire d'astres, mais il existe aussi des galaxies naines comptant quelques dizaines de millions d'étoiles seulement (107), et des galaxies géantes comptant plusieurs milliers de milliards d'étoiles (1012). Sur la base de ces chiffres et de la taille de l'Univers observable, on estime que celui-ci compte quelques centaines de milliards de galaxies de masse significative

capture22-5.jpg Les galaxies ce regroupe en amas et super amas. Nous somme actuellement dans l’Amas local qui est lui dans le super amas de la vierge. Notre première voisine (dans l’amas local) est la géante galaxie d’Andromède à 2,5 millions d’années lumières

a55.jpg Les galaxies ce regroupe en Amas

Il existe dans l’univers des galaxies super massives dénommées CD. Un exemple IC01 est une galaxie elliptique qui est au centre d’un amas galactique appeler Abel 2029 mesure plus de 6 millions d’années lumières de largeur comparé a la voie lactée qui ne fait que cent milles années lumières. Cette galaxie contient un super massif trou noir en sont centre plus grand que l’orbite terrestre. Elles contiennent des milliards d’étoiles. Certaine galaxie peuvent atteindre des tailles monstrueuses plus de 20 millions d’années lumières de largeurs

capture20-7.jpg Les galaxies que nous observons se sont formées quelque temps après le Big Bang, et d’une manière générale que les galaxies du passé ne ressemblaient pas exactement à celles que l’on observe dans notre voisinage. Comme la lumière voyage à une vitesse finie, il suffit de regarder des objets lointains pour voir à quoi ressemblait l’univers par le passé.

a20.jpg L’observation des galaxies lointaines, qui d’après la loi de Hubble ont un grand décalage vers le rouge montre effectivement que les galaxies primordiales étaient assez différentes de celles d’aujourd’hui : les interactions entre galaxies étaient plus nombreuses, les galaxies massives moins nombreuses, ces dernières étant apparues plus tard des suites des phénomènes de fusion entre galaxies. De même, la proportion de galaxies spirale, elliptique et irrégulière varie au cours du temps.

Toutes ces observations sont relativement délicates à effectuer, en grande partie car les galaxies lointaines sont peu lumineuses et nécessitent des moyens d’observation très performants pour être bien observées. Depuis la mise en service du télescope spatial Hubble en 1990 puis des grands observatoires au sol VLT, Keck, Subaru, l’observation des galaxies à grand Redshift a permis de vérifier les phénomènes d’évolution des populations galactiques prédits par les modèles de formation et d’évolution des galaxies dans le cadre des modèles du Big Bang.

a42.jpgChaque point lumineux est un amas galactiques

L’étude des toutes premières générations d’étoiles et de galaxies demeure un des enjeux majeurs de la recherche astronomique du début du XXIe siècle.

LE QUASAR

Une galaxie lointaine et très énergétique avec un noyau galactique actif. Ce sont les objets les plus lumineux de l'univers. a14.jpgBien qu'il y ait d'abord eu une certaine controverse sur la nature de ces objets jusqu'au début des années 1980, il existe maintenant un consensus scientifique selon lequel un quasar est la région compacte entourant un trou noir super massif au centre d'une galaxie massive. Leur taille est de 10 à 10,000 fois le rayon de Schwarzschild du trou noir. Leur source d'énergie provient du disque d'accrétion entourant le trou noir. a4.jpg

GALAXIE LUMINEUSE EN INFRAROUGE

 En astronomie, une galaxie lumineuse en infrarouge (en anglais luminous infrared galaxy ou LIRG), est une galaxie dont la caractéristique spécifique est d'émettre plus de 1011 luminosités solaires dans le domaine infrarouge lointain du spectre électromagnétique.

capture08-4-1.jpgUn système plus lumineux, émettant plus de 1012 luminosités solaires dans l'infrarouge lointain, est appelé galaxie ultra-lumineuse en infrarouge (en anglais ultraluminous infrared galaxy ou ULIRG). Un système encore plus lumineux, émettant plus de 1013 luminosités solaires dans l'infrarouge lointain, est appelé galaxie hyper-lumineuse en infrarouge (en anglais hyperluminous infrared galaxy ou HLIRG). La majorité des LIRG et des ULIRG émettent au moins 90 % de leur énergie dans l'infrarouge.

capture06-5-1.jpg La plupart des LIRG et toutes les ULIRG montrent des signes d'interactions ou d'explosions récentes ou en cours. Beaucoup sont des galaxies starburst, et certaines contiennent un noyau galactique actif. Les ULIRG sont impliquées dans une variété de phénomènes astrophysiques intéressants comme la formation de quasars et de galaxies elliptiques. Les exemples proches d'ULIRG sont souvent utilisés comme analogues des galaxies en formation à décalage vers le rouge élevé. Les ULIRG paraissent être plongées dans un halo de matière noire ayant une masse d'environ 10 000 milliards de masses solaires.

RETOUR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×