Referencement gratuit

UNE NEUVIEME PLANETE

découverte dans le système solaire?

Deux astronomes américains apportent la première preuve de la présence d'une neuvième planète, bien au-delà de Pluton.

Capturexx

Depuis que Pluton a été renommé à un statut de planète naine en 2006, le système solaire ne compte officiellement plus que 8 planètes: Mercure, Vénus, la Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune. Mais deux astronomes de Caltech en Californie ont enfin trouvé la preuve de l'existence d'une neuvième planète, 10 fois plus lourde que la Terre mais orbitant à très grande distance du Soleil, qu'ils ont sobrement baptisée: «planète 9».

Cette nouvelle venue n'a pas à proprement parler été découverte, puisqu'aucun télescope ne l'a encore observée, mais son existence a quasiment été prouvée! Explication: comme ils l'expliquent dans la revue The Astronomical Journal, Mike Brown et Konstantin Batygin ont identifié des perturbations importantes dans les orbites de plusieurs planètes naines récemment découvertes et d'autres objets du système solaire externe, appelée ceinture de Kuiper. Fait notable, plusieurs de ces corps ont des périhélies, le point de leur orbite le plus proche du Soleil, qui semble regroupés dans la même région du ciel. En faisant tourner des simulations du système solaire sur des ordinateurs, ils ont constaté que ce rapprochement n'avait qu'une probabilité de 0,007% d'être simplement dû au hasard.

Le «découvreur» de «planète 9» responsable de l'exclusion de Pluton

En revanche, le phénomène s'explique parfaitement en «ajoutant» dans le système solaire une planète 10 fois plus lourde que la Terre qui mettrait plus de 10.000 ans à boucler une orbite autour du Soleil! Une explication qui semble convaincre les meilleurs spécialistes du domaine, et qui va désormais permettre de lancer l'un des plus gros télescopes de la planète, le Subaru japonais installé à Hawaï, sur les traces de cette lointaine «planète 9».

Ce n'est pas la première fois qu'une planète est «découverte» de cette manière. En 1846, l'astronome français Urbain Le Verrier avait prédit par le calcul la présence de Neptune, à partir des perturbations que cette dernière provoquait dans l'orbite d'Uranus. Neptune fut observée la même année par l'Observatoire de Berlin, à seulement 1° de l'endroit où Le Verrier avait prédit qu'elle devait se trouver.

Ironie de l'histoire, l'un des deux «découvreurs» de cette neuvième planète, Mike Brown, est l'un des principaux responsables du fait que notre système solaire ne compte plus que 8 planètes. C'est lui qui avait trouvé Eris, un objet massif et lointain, que l'on pensait plus gros que Pluton, et qui a obligé les astronomes à redéfinir ce qu'est vraiment une planète, et donc d'exclure Pluton, trop petit et avec une orbite trop excentrée. (Une planète élimine de son voisinage tous les objets ayant une taille qui lui soit comparable. Ce qui n'est pas le cas de Pluton. Une planète est un objet de forme ronde orbitant seul sur son parcours autour de son étoile. Pluton a été renommé planète naine car elle n‘est pas seul sur son orbite elle est accompagné par Charon )

Par Cyrille Vanlerberghe

Découvert de l'astre le plus lointain du système solaire

Trois fois plus éloignée du Soleil que Pluton, cette planète naine pourrait aider les astronomes à mieux connaître les frontières de notre système solaire.

DÉCOUVERTE. Que se cache-t-il aux confins du système solaire ? C'est ce que cherchent à savoir les astronomes de la Carnegie Institution for Science à Washington (Etats-Unis) qui viennent d'annoncer la découverte de l'objet le plus lointain connu à ce jour dans notre système planétaire. Répondant au doux nom de V774104, cette planète naine mesure entre 500 et 1000 kilomètres de diamètre. Au moins deux fois plus petite que Pluton, elle est trois fois plus éloignée du Soleil. Actuellement, elle gravite à 15,4 milliards de kilomètres de notre étoile, soit 103 UA (unité astronomique, qui désigne la distance entre la Terre et le Soleil). L'étude de son orbite pourrait offrir des indices sur l'existence éventuelle d'une planète géante encore inconnue à la frontière du système solaire.

Pendant un an, l'orbite de la planète naine sera étudiée par les scientifiques pour savoir à quelle famille l'astre appartient. Si sa trajectoire le conduit en direction du Soleil, il fera partie d'une population bien connue d'objets glacés dont l'orbite s'explique par des interactions gravitationnelles avec Neptune. Mais si V774104 ne s'approche jamais de notre étoile, il viendra rejoindre le club très fermé des objets dont l'orbite reste inexpliquée, comme c'est le cas pour Sedna et 2012 VP113. Ces deux planètes naines ne s'approchent jamais plus près que 50 UA du Soleil mais peuvent s'en éloigner jusqu'à 1000 UA. Scott Shepard –qui a annoncé la découverte lors d'une conférence de l'American Astronomical Society– les appelle des "objets du nuage d'Oort interne". Le nuage d'Oort est la frontière présumée du système solaire, où gravitent des objets glacés à une distance de quelques milliers d'unités astronomiques. 

Captureww

La planète naine V774104 a été repérée à l'aide du télescope Subaru situé à Hawaii. ©Carnegie Institution for Science.

L'orbite de l'astre pourrait révéler l'existence d'une planète géante au-delà de Pluton

PLANETE X. "Nous ne parvenons pas à expliquer l'orbite de ces objets d'après ce que nous savons du système solaire", raconte Scott Shepard. Quelque chose perturbe forcément leur trajectoire, mais quoi donc ? Ce pourrait être une planète géante encore inconnue gravitant à l'extrémité de notre système planétaire - la fameuse planète X. Ou bien un astre ayant été rejeté à l'extérieur et qui aurait perturbé l'orbite des objets du nuage d'Oort interne lors de son éjection. La trajectoire de la planète naine  V774104 permettra peut-être de lever le voile sur cette zone encore mystérieuse qu'est la frontière de notre système solaire.

Par Audrey Boehly

RETOUR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site