Referencement gratuit

STARGATE

Un univers de science-fiction basé sur des voyages entre des planètes situées dans différentes galaxies et reliées entre elles par un réseau de Portes des étoiles.

Un appareil de transport interplanétaire qui est l'élément central de l'univers de fiction Stargate. Elles sont décrits comme ayant été créés par un peuple appelé « les Anciens », race la plus évoluée ayant existé, présents pendant des millions d'années, et qui ont atteint leur haut niveau de technologie bien avant que l'humanité n'apparaisse sur Terre. Ces portes servent à manipuler l'espace-temps, principalement dans le but de créer un trou de ver permettant de voyager rapidement entre deux points de l'espace-temps, d'une porte à l'autre. Il est aussi appelé « stargate » en version originale ou « chappa'ai » dans la langue fictive Goa'uld ; certains peuples de cet univers de fiction l'appellent « anneau des dieux », « cercle des ancêtres », « anneau ancestral », « portail » ou « astria porta » en ancien.

Capture15 6 

Vue d'une porte des étoiles de la Voie lactée ouverte

Histoire

En 1928 à Gizeh (Égypte), l'égyptologue Langford decouvre la porte des etoiles. Ce personnage interprète les hiéroglyphes en ancien égyptien présents sur la dalle qui recouvrait la porte, comme signifiant « porte du ciel » ou « porte du paradis », et en conclut qu'il s'agit d'une sorte de porte mythique vers l'au-delà.

Les autorités américaines, craignant qu'elle puisse être utilisée comme arme par les Nazis, transportent la porte par bateau jusqu'aux États-Unis, en 1939

Le DHD (Dial-Home Device en anglais), l'appareil servant à commander une porte, est quant à lui découvert par l'armée allemande en Égypte durant la Seconde Guerre mondiale, et il est ramené en Allemagne, avant d'être récupéré par les Soviétiques après la guerre

Première tentative

En 1945, le Pr Langford, sa fille Catherine Langford, et le fiancé de celle-ci le Dr Ernest Littlefield, tentent de faire fonctionner la porte. N'ayant ni DHD ni ordinateurs le simulant, ils manipulent manuellement la porte, en essayant des adresses au hasard.

Ils parviennent à ouvrir la porte pour une destination inconnue, et Ernest Littlefield se porte volontaire pour effectuer la traversée revêtu d'un scaphandre. Un problème d'alimentation en électricité survient sur la porte, causant ainsi une rupture de la connexion juste après son passage et provoquant sa disparition.

Suite à cet échec, l'armée abandonne le projet et enferme la porte dans un container scellé.

Plus de soixante ans après, Daniel Jackson parvient à trouver les coordonnées nécessaires pour rejoindre un autre monde. Le colonel O'Neil est à la tête de l'équipe composée de scientifiques et de soldats américains, ils franchissent ensemble cette porte des étoiles pour découvrir un monde désertique nommée Abydos dont la population est sous la coupe du tyran Goa'uld nommé Râ. Après s'être battus pour l'indépendance d'Abydos et l'élimination de la menace du Goa'uld, le colonel retourne sur Terre sans Jackson, épris par le peuple abydossiens et de sa future femme Sha're.

Le programme porte des étoiles reste alors à l'abandon pendant un an, jusqu'à ce qu'un nouvel ennemi, Apophis, attaque la base où était entreposée la Stargate et emmène à travers la porte un membre du SGC. Le nouveau général du SGC, George Hammond, fait donc appel comme son prédécesseur au colonel Jack O'Neill et à son équipe pour secourir l'otage.

Capture14 6 

SG1

Ils retrouveront Daniel Jackson sur Abydos et il leur indiquera que la porte peut leur permettre d'atteindre bien plus de monde qu'il ne l'avait imaginé au départ. Des équipes d'explorations composées de militaires et scientifiques sont alors formées afin de trouver des technologies capables de vaincre les Goa'ulds. Au gré de leurs expéditions, l'équipe principale SG-1 réussit à se faire des alliés comme les Asgards, la Tok'ra et les Jaffas libres. Parallèlement ils recherchent des informations sur une civilisation disparue appelée les Anciens, les fondateurs de la mythique cité perdue Atlantis qu'ils finiront par trouver dans la galaxie de Pégase. Cette découverte s'accompagne d'un nouvel ennemi se nourrissant de l'énergie vitale des humains  : les Wraiths. Après la disparition des Goa'ulds, de nouveaux faux dieux font leur apparition dans la Voie Lactée, la puissance des Oris est telle que de nombreux peuples se soumettent pour éviter d'être annihilés. Une fois toutes ces menaces éliminées, les scientifiques se concentrent sur l'étude du 9e chevron de la porte des étoiles. Ils réussissent à l'utiliser en extrême urgence, pour fuir une attaque de leur base. Ils se retrouvent malheureusement bloqués sur le Destinée, un vaisseau des Anciens à des milliards d'années lumières de la Terre.

Seconde porte et conflits

En 1997, une seconde porte enfouie en Antarctique, est découverte par Jack O'Neill et Samantha Carter. la porte originelle de la Terre, créée par les Anciens, celle découverte à Gizeh ayant été amenée par le vaisseau du Goa'uld Râ, 8 000 ans av. J.-C. La porte découverte en Antarctique est stockée dans la zone 51, puis volée et utilisée un temps clandestinement par la NID (National Intelligence Division) avant d'y être remise sous scellés.

En 2000, SG-1, pour pouvoir s'échapper, téléporte la porte de Gizeh sur le vaisseau de Thor, infesté de Réplicateurs et sur le point de s'écraser sur Terre. La porte provenant d'Antarctique la remplace alors dans le SGC. La porte de Gizeh résiste cependant au crash et est récupérée puis utilisée par les Russes, devenant la porte prioritaire lorsqu'ils y branchent le vrai DHD en leur possession, avant qu'un accord de coopération n'entraîne l'exclusivité de l'utilisation de la porte du SGC.

En 2002, la porte d'Antarctique, utilisé par le SGC, est détruite par l'arme d'Anubis. Le SGC récupère alors la porte de Gizeh en signant un accord avec les Russes, lesquels reçoivent plus tard le vaisseau spatial Korolev, en dédommagement.

Découverte de la cité des Anciens

En 2004, les terriens découvrent, dans le poste avancé des Anciens, en Antarctique, une série de huit symboles constituant une adresse située dans la galaxie de Pégase. Une expédition civile et militaire internationale, dirigée par le docteur Elizabeth Weir, est envoyée par la porte du SGC et arrive sur Atlantis, la cité mythique des Anciens. Dans la galaxie de Pégase, l'équipe découvre un nouveau type de portes des étoiles ne possédant plus d'anneau rotatif, ce qui rend impossible l'activation mécanique de celles-ci. Les chevrons sont également moins nombreux que sur les portes du type Voie lactée. Par ailleurs, la porte d'Atlantis possède un champ de force empêchant les passages non autorisés, comme l'iris de la porte du SGC.

Le réseau de portes des étoiles

Dans l'univers de fiction Stargate, les portes des étoiles ont une grande influence sur l'histoire des galaxies où elles ont été disséminées. En permettant de voyager quasi-instantanément à travers l'espace, les portes des étoiles ont permis d'accélérer le développement des peuples n'ayant pas forcément la capacité de faire des voyages interstellaires. Les portes des étoiles tendent à permettre un rééquilibrage technologique entre des civilisations à différents niveaux de développement, sous réserve qu'ils comprennent comment les utiliser.

En premier lieu, dans la Voie lactée, les Goa'ulds ont utilisé les portes des étoiles après avoir parasité les Unas puis les Humains pour accumuler des connaissances grâce à leur mémoire génétique.

Les Humains sont moins solides que les Unas mais plus facilement « réparables » par les Goa'ulds, grâce à leurs connaissances technologiques. Ces derniers ont donc utilisé leurs vaisseaux pour disséminer l'espèce humaine sur de nombreuses planètes qu'ils contrôlent afin de leur servir d'hôtes, de guerriers Jaffa et de main-d'œuvre servile.

Inversement, ce réseau de portes a permis, notamment aux habitants de la Terre technologiquement inférieurs dans certains domaines à d'autres civilisations, d'acquérir des technologies avancées. Il leur a également permis de trouver des alliés dans leur lutte contre les Goa'ulds, et de mener des missions offensives contre leurs positions.

Par ailleurs, dans la galaxie de Pégase, où se trouve la cité d'Atlantis, de nombreuses portes sont en orbite au lieu d'être à la surface des planètes. Elles nécessitent donc la maîtrise de la technologie des vols spatiaux pour être utilisées.

Technologies, description

Capture17 35La porte des étoiles présente dans le Stargate Command (SGC), qui se révèlera plus tard être un modèle standard de la Voie lactée, a la forme d'un grand anneau extérieur d'environ 6,70 m de diamètre et d'un poids d'environ 32 t, dans lequel est imbriqué un deuxième anneau, rotatif, sur lequel sont gravés 39 symboles.

Modèle classique (Voie lactée)

Capture18 37Porte de la Voie lactée

Conçu et diffusé par les Anciens dans la Voie lactée — bien qu'il soit également présent dans la galaxie d'Ida, ce modèle de porte a probablement été inventé par l'Ancien Amélius

Neuf « chevrons » sont disposés régulièrement autour de l'anneau extérieur et s'enclenchent au moment où le symbole choisi s'arrête devant eux.

L'intérieur du disque formé par la porte est vide quand la porte est inactive, mais c'est là que se stabilise l'entrée du vortex appelée « horizon des événements » quand la porte est en fonctionnement.

Capture19 34Un DHD, appareil permettant d'entrer les coordonnées de la porte des étoiles d’arrivée.

Modèle de la galaxie de Pégase

Capture20 34Porte de la galaxie de Pégase

En 2004, les terriens découvrent, dans le poste avancé des Anciens, en Antarctique, une série de huit symboles constituant une adresse située dans la galaxie de Pégase. Une expédition civile et militaire internationale, dirigée par le docteur Elizabeth Weir, est envoyée par la porte du SGC et arrive sur Atlantis, la cité mythique des Anciens. Dans la galaxie de Pégase, l'équipe découvre un nouveau type de portes des étoiles ne possédant plus d'anneau rotatif, ce qui rend impossible l'activation mécanique de celles-ci. Les chevrons sont également moins nombreux que sur les portes du type Voie lactée. Par ailleurs, la porte d'Atlantis possède un champ de force empêchant les passages non autorisés, comme l'iris de la porte du SGC

Ce type de porte des étoiles, modèle plus récent construit par les Anciens, équipe de nombreuses planètes de la galaxie de Pégase. Ce réseau de portes ne dispose que de 36 symboles, sans doute dû au fait que la galaxie de Pégase est plus petite que la Voie lactée. Certaines portes se trouvent en orbite autour des planètes plutôt qu'à leur surface.

Parmi ces portes, l'une est particulière : celle qui équipe la cité d’Atlantis. Équipée d'un cristal de contrôle spécial, elle est la seule de la galaxie de Pégase à pouvoir ouvrir un vortex vers une autre galaxie, et donc à pouvoir joindre la Terre.

Modèle du type Destinée

Capture21 35Porte du Destinée

Ce modèle construit par les Anciens se trouve à bord du Destinée et sur les planètes visitées par les nombreux vaisseaux automatiques le précédant. Ces derniers sont chargés de fabriquer des portes et de les disséminer sur les planètes habitables, puis de renvoyer des informations sur les différentes ressources disponibles, permettant ainsi de planifier la trajectoire du Destinée. Les portes de ce type possèdent en mémoire l'adresse des portes qui sont à leur portée, index consultable à l'aide d'un DHD portatif qui est mis à jour quelques minutes après l'arrivée sur la planète.

Le réseau de portes du Destinée est plus vieux encore que celui de notre galaxie. Le système est particulièrement mécanique. Le Destinée fut lancé par les Anciens après d'autres vaisseaux, censés créer des Portes des étoiles et les déposer sur des planètes en y collectant au passage des informations retransmises au Destinée

Ce modèle diffère en plusieurs points de ceux de la Voie lactée et de Pégase. Cette porte n'est constituée que d'un seul anneau tournant et est posée sur un socle. Celui-ci sert de rampe d'accès lorsque la porte est activée et doit renfermer l'appareillage nécessaire à la rotation de l'anneau ainsi que la source d'énergie pour l'activation. Ensuite, ce modèle n'a aucun DHD à proximité, à l'exception de la porte à bord du Destinée, ce qui oblige les voyageurs à emporter un DHD portatif disponible sur le vaisseau. Aussi, les portes du projet Destinée ont une portée très limitée (quelques milliers d'années lumières seulement contre une portée galactique pour les modèles plus récents), ce qui oblige les voyageurs à passer par plusieurs planètes intermédiaires pour se rendre à la destination voulue. Ce modèle de porte est de couleur brunâtre et l'horizon des évènements est argenté plutôt que bleu. Il possède, tout comme celui de la galaxie de Pégase, 36 symboles.

La porte du Destinée n'est accessible de la Voie lactée que par l'utilisation du neuvième chevron, concept développé dans la série Stargate Universe.

Porte d'Orlin

Orlin, un Ancien ayant fait son ascension, a été exilé sur une planète inhabitée pour avoir enfreint la loi de non-intervention dans la vie des « non-élevés », avant de trouver refuge sur Terre. Dans la cave du major Carter, il construit une petite porte des étoiles à usage unique avec des fournitures achetées par Internet, notamment du titane, du câble, des condensateurs industriels et un grille-pain. Cette porte a été détruite lors de son usage par Orlin, rendant impossible l'analyse de son fonctionnement par les terriens.

Porte tollane

Les Tollans sont suffisamment avancés technologiquement pour savoir construire des portes des étoiles. Après avoir fui leur planète originelle, ils ont trouvé refuge sur une autre planète non équipée d'une porte des étoiles par les Anciens. Ils ont donc construit leur propre porte. Beaucoup plus dépouillée que les portes des étoiles des Anciens, la porte des étoiles de Tollana est un simple anneau métallique, sans partie mobile ou lumineuse.

Superportes des Oris

Les Oris tentent de conquérir la Voie lactée depuis leur galaxie. Ils ont construit dans la Voie lactée deux portes de très grande taille pour y faire passer une flotte de vaisseaux spatiaux. Ces portes sont constituées d'une chaîne d'éléments interconnectés flottant dans l'espace. Les éléments de la superporte sont envoyés depuis la galaxie des Oris à travers une porte des étoiles normale. Les connexions entre les éléments constitutifs d'une superporte sont suffisamment fortes pour résister aux tirs combinés d'une flotte de Ha'tak, les vaisseaux-mères Goa'uld.

La taille de ces portes et la distance à parcourir entre les deux galaxies sont telles que ces superportes nécessitent pour leur alimentation en énergie une micro-singularité, ou trou noir, obtenue en comprimant une planète à l'aide d'un champ de force jusqu'à atteindre la masse critique. Le trou noir permet également de maintenir le vortex ouvert plus de 38 minutes. Ces portes ne peuvent être activées qu'à partir d'une autre galaxie.

Il est également possible que les Oris aient développé leur propre porte des étoiles. En effet, le premier prêcheur qui a traversé la porte vers la Voie lactée venait de la galaxie des Oris. Il est donc fort probable que les Oris ont leur modèle de porte des étoiles.

En 2006, Samantha Carter et Rodney McKay mettent au point un système de portes des étoiles permettant de passer de la Terre à Atlantis sans utiliser à chaque fois un extracteur du potentiel de point zéro (EPPZ), opération très couteuse en énergie. Utilisant 32 portes des étoiles, 16 portes de la Voie lactée et 16 portes de Pégase, Sam et Rodney les alignent entre les deux galaxies, formant un pont intergalactique. À mi-chemin est positionnée la station Midway, sorte de sas de transit dans lequel les voyageurs patientent le temps de passer d'une galaxie à l'autre.

En plus de la porte des étoiles, de nombreuses technologies (armes, vaisseaux…) sont découvertes au cours de la franchise. Les équipes du SGC en ramènent sur Terre et les étudient, pour éventuellement les modifier en vue de les réutiliser contre leurs ennemis.

Principe

Le fonctionnement apparent d'une porte des étoiles n'est pas sans rappeler les vieux téléphones à cadran rotatif où les numéros étaient disposés en cercle. Les portes des étoiles sont fabriquées en naquadah, un matériau inconnu sur Terre, extrêmement résistant et supraconducteur même à des températures extrêmes. Les portes des étoiles sont donc quasiment indestructibles.

La principale utilisation d'une porte des étoiles est de voyager très rapidement d'un endroit à un autre de la galaxie en utilisant un tunnel hyperspatial vers une autre porte des étoiles à condition que celle-ci se trouve sur une planète ou son orbite. Ce transfert est possible en décomposant la matière constituant le voyageur au niveau subatomique et en envoyant le flux de matière à travers le vortex créé.

La manipulation de l'anneau rotatif et des chevrons n'est pas obligatoire pour ouvrir une porte des étoiles. En utilisant un appareil de commande, il est possible d'ouvrir une porte très rapidement. Une telle « télécommande » est normalement disponible à côté de chaque porte des étoiles et est surnommée par les personnages de la série un DHD. « DHD » vient de l'anglais « Dial Home Device », c’est-à-dire « appareil pour téléphoner à la maison » (on notera l'analogie avec la célèbre réplique du film E.T. « E.T. téléphone maison » pour indiquer le désir de retourner chez soi).

Alimentation, fonctionnement de base

Créer une distorsion de l'espace nécessite une énergie assez conséquente. Pour ouvrir un vortex, la porte des étoiles accumule tout d'abord de l'énergie dans le naquadah la composant qui peut stocker de l'énergie comme une batterie.

L'énergie ambiante n'étant pas suffisante pour charger cette batterie dans un temps raisonnable (à l'inverse d'appareils plus petits comme la lance Goa'uld), la porte doit être alimentée en énergie avant une ouverture de vortex. Généralement, c'est le DHD qui sert d'accumulateur d'appoint pour charger la porte des étoiles. En l'absence de DHD, la porte doit être alimentée par un autre moyen. L'interface d'alimentation en énergie de la porte n'est pas complexe : un simple contact physique suffit, car l'alliage de la porte est supraconducteur.

Mis à part le DHD, les sources d'énergie parfois utilisées sont :

  • l'électricité, par l'intermédiaire d'anneaux supraconducteurs (au SGC) ;
  • la foudre ;
  • la fusion froide ;
  • deux batteries de camions (cette source se révèle être une incohérence, au vu des autres sources d'énergies utilisées) ;
  • des êtres énergétiques ;
  • l'énergie d'un trou noir ;
  • l'énergie générée par une bombe Mark 9 modifiée pouvant engager le processus d'activation ;
  • un réacteur à naquadah ;
  • un E2PZ.

Adresse à 8 chevrons

Lorsque le 8e chevron est utilisé pour appeler une autre galaxie, la dépense énergétique augmente : un DHD ne suffit plus, une source supplémentaire doit être utilisée. Les quatre exemples connus sont :

  • un générateur d'appoint construit par Jack O'Neill sous l'influence des Anciens ;
  • un E2PZ ;
  • la proximité d'un trou noir.
  • une multitude d’êtres énergétiques sur une planète de la galaxie Pégase.

Il est également possible d’utiliser des sources d’énergie moins puissantes (par exemple des générateurs à naquadah) pour composer une adresse à 8 chevrons, mais avec un vortex qui ne restera ouvert qu’un très court instant. C’est insuffisant pour un transfert d’objet ou de personne, mais cela permet en revanche d’envoyer un message et des données par ondes radio en utilisant une compression efficace.

Adresse à 9 chevrons

L'utilisation du 9e chevron nécessite une alimentation énergétique bien plus importante encore qu'un E2PZ, car il s'agit d'appeler une porte bien plus éloignée dans l'univers. La seule façon connue et réellement utilisable pour l'instant est de brancher une porte directement sur le noyau d'une planète de type Icare, noyau composé exclusivement de naquadria. Cependant, dans les deux cas où l'expérience a été menée, et bien qu’un vortex stable fut créé à chaque fois, la planète a ensuite explosé. Une troisième tentative est envisagée sur une troisième planète de type Icare. Mais celle-ci étant habitée, ce projet est mis en suspens.

Une autre méthode existe en théorie pour activer ce 9e chevron. Elle consiste à utiliser les collecteurs du Destinée quand ce dernier se réapprovisionne en énergie dans une étoile, et à rediriger cette énergie vers la porte afin de bénéficier de « la puissance d’une étoile » pour ouvrir un vortex vers la Terre. Cette technique pourrait ensuite être utilisée avec un vaisseau terrien, pour contacter le Destinée depuis notre galaxie. Mais lors de la première tentative de cette méthode, le processus faillit mener à la destruction du vaisseau. Lors d’une deuxième tentative un vortex vers la Terre put être établi. Mais celui-ci s’avéra trop instable, une anomalie temporelle fut créée suite à l’interférence d’une éruption solaire, et enfin le processus induisit une surcharge dans les systèmes du Destinée.

Enfin, une troisième possibilité s’est offerte à l’infortuné équipage du Destinée quand fut découvert un vaisseau éclaireur de conception proche : en combinant les réserves d’énergie des deux vaisseaux, cela aurait fournit suffisamment de puissance pour entrer l’adresse à 9 chevrons. Mais des extraterrestres firent échouer ce plan, puis plus tard ce vaisseau éclaireur fut détruit.

Maintien du vortex

Une fois le vortex établi, la porte doit être constamment alimentée le temps de la connexion. Dans tous les cas, au-delà de 38 minutes environ, la consommation devient telle qu'il est impossible de garder le passage ouvert, à moins de disposer d'une source d'énergie beaucoup plus importante, telle que :

  • un trou noir ;
  • une multitude d'êtres énergétiques ;
  • un apport constant d'énergie ;
  • une quantité illimitée d'EPPZ (extracteur de potentiel du point zéro).

Sélection de la destination

Capture22 33Explication du système d'adresse

Pour voyager entre deux planètes, chacune d'elle doit posséder une porte des étoiles en état de fonctionner. Les coordonnées d'une autre porte sont entrées dans la porte de départ, puis un « vortex » spatio-temporel se forme entre les deux portes. Le vortex reste actif tant que de la matière ou des ondes électromagnétiques le traversent, mais ne peut pas dans des conditions normales rester activé plus de 38 minutes.

Les corps physiques ne peuvent voyager dans le vortex que dans un seul sens (appelé dans la réalité trou de ver de Reissner-Nordstrøm ou Kerr-Newman, franchissable mais dans un seul sens), sous peine de désintégration. Pour voyager en sens inverse, il est nécessaire de fermer le vortex puis de le rouvrir depuis l'autre porte.

Certaines ondes électromagnétiques comme les ondes radio peuvent circuler dans les deux sens. Les protagonistes sont donc capables de discuter par radio entre deux portes reliées par un vortex. En revanche, les ondes électromagnétiques appartenant au spectre de la lumière visible ne traversent pas la porte, d'où le fait qu'elle soit opaque de part et d'autre du vortex.

Capture23 34Interface graphique du DHD « artisanal » de la terre pour la série.

Un DHD permet normalement d'entrer les coordonnées d'une porte à atteindre. Sept symboles constituent l'adresse d'une destination : les six premiers chevrons représentent des points dans l'espace (des constellations) qui, reliés deux à deux, forment trois droites qui se coupent en un même point dans l'espace où se situe la porte d'arrivée et le septième est le point d'origine. Dans la voie lactée, l'anneau central entre en rotation pour aligner les chevrons de la porte avec les différents symboles de l'adresse. Un bouton rouge central de validation provoque ensuite la formation du vortex. Si le pupitre de contrôle n'existe pas ou est endommagé, la porte peut être manipulée manuellement pour faire tourner l'anneau. En l'abscence d'un DHD, le SGC utilise quatre moteurs pour faire tourner l'anneau de sélection à partir d'un ordinateur de la salle de contrôle. Walter Harriman en est l'opérateur la plupart du temps.

Si la porte d'arrivée n'est pas joignable pour une raison quelconque, comme sa destruction ou l'obstruction du passage, le septième et dernier chevron ne s'enclenche pas, et tous les autres se désactivent immédiatement.

La porte peut également être télécommandée grâce à un appareil compatible, comme le tableau de commande à distance des Puddle Jumper, mais cela nécessite une technologie avancée que ne possèdent que certaines races comme les Nox.

Sur une adresse à sept chevrons, le nombre de possibilités pour une porte de la voie lactée et pour une origine donnée s'élève à

Capture24 34 

Soit 1 987 690 320 possibilités, mais cela ne correspond pas à chaque fois à une porte loin de là. Il est donc normal que quelqu'un ne sachant pas quelle adresse entrer ait peu de chance de trouver une adresse valide. Cela est malgré tout arrivé par pur hasard.

Une adresse à huit chevrons sert à se connecter à un réseau de portes d'une autre galaxie, et le symbole supplémentaire (qui est en avant-dernier) agit comme un indicatif de zone, car l'adresse se termine toujours par le point d'origine d'où le voyageur part. Il en est notamment fait usage pour aller dans la galaxie d'Ida où vit la civilisation Asgarde.

Le neuvième chevron servait, selon certaines rumeurs, à voyager dans le temps voire à changer d'amas. Mais la troisième série, Stargate Universe nous a apporté la réponse : il sert à contacter un vaisseau d'exploration Ancien, le Destinée. La porte du Destinée comporte, de plus, un dixième chevron, situé au sol face à l'horizon des évènements, dont on ignore l'utilité

Le vortex

Le vortex est la manifestation physique d'un trou de ver. Il permet de relier deux points de l'espace distants de plusieurs milliers, millions ou milliards d'années-lumière en rapprochant ces deux points grâce à une distorsion de l'espace-temps.

L'ouverture du vortex se fait en déchirant l'espace-temps, puis en stabilisant et en agrandissant la déchirure pour créer un tunnel stable. C'est pour cela que l'ouverture de la porte produit un effet appelé « kawoosh » qui désintègre tout sur son passage dans une zone de quelques mètres en face de la porte. Il est possible de supprimer l'effet kawoosh, soit en programmant plus finement le fonctionnement de la porte des étoiles, soit en utilisant un iris physique ou énergétique, comme le font les Nox ou les races ayant une technologie suffisamment évoluée.

Le kawoosh présente l'utilité de nettoyer tout obstacle devant la porte des étoiles, mais pas à l'intérieur de celle-ci.

L'horizon des événements

Le vortex, se situant dans le subespace, est naturellement invisible, sauf dans sa forme instable du départ. L'effet de miroitement que l'on voit lorsqu'une porte est ouverte est donc artificiel. C'est l'horizon des événements. C'est une sorte de champ de force paramétrable très finement. Il possède les fonctions suivantes :

Il mesure la pression et oppose une force contraire pour empêcher les courants d'air entre deux portes. En effet, il suffirait que la pression atmosphérique soit différente entre l'entrée et la sortie pour que les masses d'air se mettent en mouvement. Ceci explique également qu'une porte ouverte sous l'eau ne transvase pas d'eau de l'autre côté du vortex (en revanche la lave, plus dense, peut le traverser). Cet ajustement de pression se fait en temps réel, ce qui explique le miroitement.

Grâce à cette mesure de pression, l'horizon des événements est capable de détecter la matière solide plus dense que la pression ambiante, et de mesurer si un objet est totalement entré dans le vortex ou non. Il désintègre cette matière au fur et à mesure de son entrée et la stocke dans une mémoire temporaire jusqu'à ce que l'objet soit totalement entré. L'objet est alors transféré vers l'autre porte.

Quand un objet touche l'horizon des événements, celui-ci génère une légère force d'aspiration au cas où un objet n'aurait pas assez d'élan pour pénétrer entièrement de lui-même. Ceci explique l'effet « collant » de l'horizon des événements quand un objet partiellement entré tente de se retirer.

Il génère une stabilisation horizontale des objets en cours de passage pour éviter que ceux-ci ne tombent au sol une fois partiellement désintégrés. Cet effet, cumulé au précédent, explique par exemple qu'un objet entré dans le vortex se place à l'horizontale et n'ait pas besoin d'être maintenu pour ne pas tomber.

Il reconstitue à la sortie les atomes, et applique une légère force vers l'extérieur pour éviter qu'un objet ne revienne en arrière par accident. Pour que les atomes puissent être reconstitués, il faut qu'il y ait un espace suffisant à la sortie. Sinon, la reconstitution échoue et l'objet (ou la personne) est détruit. C'est sur ce principe que fonctionne l'iris. Cependant, l'énergie n'est pas perdue et peut causer quelques problèmes. De même, les ondes radio, les forces gravitationnelles d'un trou noir et les projections holographiques peuvent traverser l'iris terrestre.

L'iris

Une porte peut être protégée par un iris pour empêcher la plupart des attaques. La porte de la Terre fut la première de la Voie lactée à en posséder un, en titane positionné à 3 micromètres de l'horizon. L'idée fut ensuite reprise par certains Goa'ulds comme Anubis, sous forme d'un champ de force. Cependant l'idée n'était pas nouvelle, la porte d'Atlantis, dans la galaxie de Pégase, possédant également un champ de force mis en place par les Anciens il y a 10 000 ans pour se protéger des Wraiths.

Unité de calcul

Toutes les portes des étoiles possèdent une unité de calcul appelé Dial-Home Device (DHD), sorte d'ordinateur autonome contrôlant les différents systèmes composant la porte.

Le DHD peut empêcher une action qui causerait des dégâts sur les systèmes de la porte, comme annuler la composition d'une adresse nécessitant plus d'énergie que disponible, ou peut gérer la régulation de puissance d'entrée de la porte et éviter ainsi une surcharge fatale au dispositif, et peut même permettre l'interprétation des codes d'erreur envoyés par la porte d'arrivée avant l'établissement du vortex, pour parer aux éventuelles pannes causées par l'activation (porte enterrée, inaccessible, désactivée, en mouvement…).

Le fait que le SGC ne possède pas de DHD « authentique » a causé de sérieux problèmes et de nombreuses pannes.

La mémoire interne

La porte possède une mémoire atomique (ou mémoire tampon) pour stocker les atomes des objets en cours de passage à travers l'horizon des événements. Une fois que l'objet est entièrement désintégré, les atomes sont envoyés vers l'autre porte. Celle-ci stocke à son tour les atomes qu'elle reçoit dans sa mémoire temporaire. Une fois que l'objet est entièrement arrivé, il est reconstitué par l'horizon des événements de la porte d'arrivée. Ceci explique par exemple qu'un bras que l'on rentre dans la porte ne ressorte pas immédiatement de l'autre côté : les objets ne traversent que lorsqu'ils sont entièrement entrés. Ceci permet également de sortir un objet partiellement entré dans la porte.

Si, par accident, la porte d'arrivée se ferme avant que l'objet n'ait été reconstitué, la mémoire interne conserve les informations pendant un certain temps ou jusqu'à une nouvelle ouverture de la porte (auquel cas la mémoire est effacée). Il est possible de réactiver uniquement l'horizon des événements sans ouvrir de vortex pour reconstituer les objets encore en mémoire. Teal'c s'est une fois retrouvé coincé à l'intérieur de la mémoire de la porte.

Communication inter-portes

Pour se stabiliser, le vortex doit se rattacher à une autre porte des étoiles. Il est donc indispensable de connaître la position dans l'espace de la porte que l'on souhaite atteindre. Comme les planètes et les étoiles bougent au fil du temps, les portes doivent périodiquement remettre à jour les coordonnées réelles des autres portes des étoiles. Pour cela, les portes communiquent entre elles pour des mises à jour logicielles ou de coordonnées. Le DHD semble être responsable de certaines de ces communications. Ce phénomène est appelé « mise à jour corrélative ».

L'absence de DHD connecté à la porte de la Terre justifie le fait que seules les planètes les plus proches et donc ayant le moins bougé en 2000 ans (Abydos et Chulak par exemple) aient été joignables dans un premier temps, et avec un voyage plutôt mouvementé (vitesse élevée et température ressentie glaciale à l'arrivée). Un système de correction des coordonnées a ensuite été ajouté au DHD « artisanal » de la Terre pour corriger ces problèmes. Toutefois, le programme de correction n'est pas toujours suivi par le SGC, ce qui entraîne plusieurs dysfonctionnements.

Fonctionnements non prévus à la conception

Voyage dans le temps

Lorsque le vortex entre deux portes passe près d'une étoile pendant une éruption solaire, les voyageurs sont renvoyés à leur point de départ, mais à une époque différente (dans le passé ou dans le futur). En connaissant le moment exact d'une éruption et en ayant les bonnes coordonnées, il est possible de voyager dans le temps de façon très précise. L'étendue du réseau de portes, et donc du nombre de soleils, permet en théorie de voyager régulièrement dans le temps si un réseau de sondes de détection d'éruptions est couplé à un puissant ordinateur.

Isolation d'une zone de l'espace-temps

Dans l'épisode L'Histoire sans Fin, un savant utilisant une machine des Anciens active simultanément plusieurs portes des étoiles autour d'un même point pour isoler une zone de l'espace-temps. Le temps ne s'y écoule alors plus normalement mais boucle à l'infini. Les personnes prises dans le champ d'action de la machine ne s'aperçoivent pas que le temps boucle et, pour tout le reste de l'univers à l'extérieur de la zone de l'espace-temps, il devient impossible de contacter ceux à l'intérieur de cette bulle. Les Anciens avaient conçus cette machine pour remonter dans le temps et empêcher une épidémie de les décimer, mais n'arrivèrent pas à la faire fonctionner, et le projet fut abandonné en l'état.

Déséquilibrage du noyau d'une étoile

Si le vortex est mal isolé, il peut affecter les endroits par où il passe. Les portes comportent une sécurité détectant ce genre de problème et envoient un code d'erreur, mais comme la porte terrestre n'utilise pas de DHD, une multitude de codes d'erreur ne sont pas traités par le programme d'activation (conçu en partie par Samantha Carter). De ce fait, SG-1 faillit détruire une étoile (et ses planètes) en activant le vortex qui passa en plein milieu, ce qui n'aurait pas pu arriver sans ce problème.

Augmentation de la portée d'un signal

Comme les ondes peuvent passer au travers de la porte, il est possible de transférer tout un panel de signaux sur une autre planète ou sur toutes les planètes en même temps à l'aide d'une macrocommande écrite par Ba'al.

Explosion d'une porte

Dans l'épisode 5x10 de Stargate Atlantis, un dispositif dit « Attero » fut activé ; celui-ci empêchait le passage en hyperespace des vaisseaux Wraith en les détruisant s'ils tentaient cette manœuvre. Ce dispositif fonctionnait en envoyant une puissante perturbation subspatiale, laquelle interférait avec le fonctionnement des portes des étoiles en les chargeant anormalement en énergie, phénomène que la porte d'Atlantis expérimenta. La puissance explosive de la porte équivalant à celle d'une douzaine de bombes nucléaires, elle ne put être totalement contenue et provoqua des dégâts à la salle de contrôle d'Atlantis, malgré le transfert de toute l'énergie de la Cité vers son bouclier et le recalibrage de celui-ci pour qu'il englobe au plus près la porte et qu'il confine ainsi au mieux la déflagration.

Système de sécurité

La porte du Destinée se désactive automatiquement à la fin du compte à rebours et le vaisseau retourne en vitesse supra luminique (VSL), sauf s'il y a toujours de la matière dans le vortex ; dans ce cas, le compte à rebours est interrompu et la porte reste activée.

Dysfonctionnements

Non-fermeture du vortex

Le vortex se ferme normalement automatiquement au bout de quelques secondes s'il ne reçoit plus de matière ou de signaux en continu. Si jamais un quelconque élément comme une onde radio passe à travers la porte et la maintient ouverte, elle se refermera quand même automatiquement au bout de 38 minutes 34 secondes maximum, selon la loi des vortex établie par Samantha Carter.

Si le temps s'écoule plus lentement d'un côté de la porte, c'est cette durée qui prévaut. Lors de l'ouverture d'un vortex vers une porte située près d'un trou noir, il n'est alors plus possible de fermer le vortex.

Fermeture prématurée du vortex

Dans un épisode, le crash d'un vaisseau spatial sur un DHD ferme le vortex avant que Teal'c n'ait pu se rematérialiser de l'autre côté, ceci parce que la porte d'arrivée — celle du SGC — ne disposait pas d'un panneau de commande des Anciens ; en effet, dans ce genre de situation, le second DHD est censé prendre en charge le contrôle de la porte pour réassembler tous les voyageurs en cours de transfert. Il est également possible de fermer une porte des étoiles que l'on n'arrive pas à déconnecter normalement au moyen d'une puissante explosion dirigée vers le vortex. Celui-ci se connectera alors automatiquement à la porte la plus proche et pourra être interrompu normalement.

Déplacement du point d'arrivée

Une forte surcharge de la porte peut, au lieu de fermer le vortex, le faire sauter vers une autre porte d'arrivée si celle-ci est proche. C'est ce fait qui a permis la découverte de la deuxième porte terrienne.

Perturbations entre portes proches

Si deux portes sont trop proches, des perturbations se produisent lors d'une tentative d'établissement de vortex. Il s'ensuit de fortes vibrations des portes, susceptibles d'être détectées par un sismographe. C'est ainsi que fut localisée la deuxième porte terrienne. Avant sa découverte, la porte du SGC était équipée d'amortisseurs pour compenser ce désagrément. Quand deux portes de la Voie lactée ont les mêmes coordonnées, une avec DHD et une sans, celle possédant un DHD est prioritaire. Seule l'activation et la désactivation du DHD russe à des heures précises a permis de ne pas perturber l'activité de la porte, du coup secondaire, du SGC. Quand une porte de la Voie lactée et une porte de la galaxie de Pégase ont les mêmes coordonnées, celle de Pégase, plus récente, est prioritaire sans mise à jour logicielle spécifique, bloquant complètement l'utilisation de l'autre porte, aussi bien en source qu'en destination.

Virus informatique

Contrôlée par un programme, la porte des étoiles peut être infectée par un virus modifiant son fonctionnement. La destination finale peut donc être altérée.

Éjections depuis l'horizon

Ce dysfonctionnement n'a eu lieu que lors des connexions à neuf chevrons. Il semblerait que la cause en soit le vortex, alors établi sur des milliards d'années-lumière. Au lieu d'être rematérialisés et de passer la porte en douceur, les voyageurs sont projetés violemment à plusieurs mètres devant la porte (le colonel Young, qui fut déjà initialement projeté violemment contre l'horizon par l'onde de choc d'une détonation, fut projeté à travers toute la salle d'embarquement du Destinée, il fut victime d'un traumatisme crânien, de plusieurs fractures aux côtes, et de multiples hématomes).

Base scientifique

Le fonctionnement de la porte des étoiles malgré la recherche de l'effet le plus plausible par les scénaristes n'est pas exempt de quelques incohérences :

Système de coordonnées : chaque planète est appelée par six coordonnées qui forment trois droites et qui se coupent en un même point. Or deux droites suffisent pour définir un point d'intersection dans l'espace. On suppose que la troisième droite sert à confirmer la destination.

Constellations : tous les symboles des portes sont représentés d'un point de vue de la Terre ; or, lorsqu'on se déplace à plusieurs milliers d'années-lumière, toutes les étoiles visibles dans le ciel ont changé de place et donc leur représentation sur la porte ne correspond plus à rien de tangible. De plus, certaines étoiles sont masquées par toutes sortes de nuages de poussières et autres nébuleuses : des points seraient manquants, en particulier pour une porte située de l'autre côté de la galaxie. D'après Samantha Carter, « seule une infime partie des étoiles visibles dans le ciel est dotée d'une porte des étoiles ».

Capture25 30

Représentation schématique de ce que ferait une porte

Le principe de la porte des étoiles est, en théorie, exécutable dans la réalité. C'est un phénomène scientifique déjà prédit par Einstein, et n'entrant pas en conflit avec la théorie des cordes. Une véritable porte se baserait sur la distorsion de l'espace-temps pour permettre des voyages dans tout l'univers notamment via un trou de ver d’Einstein-Rosen mais la gravité nécessaire pour former ces trous de ver détruirait tout voyageur intergalactique.

Dans Stargate, ce problème est contourné par la décomposition de tout objet entrant dans la porte au niveau subatomique avant son passage par le trou de ver et sa reconstruction à l'arrivée. Toutes ces recherches seront difficiles voire impossible à mener à terme en l'absence de théorie unifiée de la physique.

Voir les dossiers concernant les trous de vers et les trous noirs

Films

Capture26 32Photo prise lors du tournage de Stargate Continuum en Arctique.

  • 1994 : Stargate, la porte des étoiles de Roland Emmerich avec Kurt Russell, James Spader

À l'origine prévus comme une trilogie, les deux films suivants ne sont jamais sortis en raison du rachat des droits par la MGM qui continuera l'intrigue sous forme de séries télévisées.

  • 2008 : Stargate : L'Arche de vérité de Robert C. Cooper

En pleine guerre contre des fanatiques religieux surpuissants nommés Ori, l'équipe terrienne SG-1 passe la porte une nouvelle fois pour trouver une arme ancienne capable de stopper les armées croisées avant qu'elles ne contrôlent toute la galaxie.

  • 2008 : Stargate : Continuum de Martin Wood

Tourné en 2007, il est disponible en DVD et en Blu-Ray depuis le 29 juillet 2008 en Amérique du Nord. Basé sur le voyage dans le temps, ce film raconte l'exécution de Ba'al, le dernier des goa'ulds, et clôt ainsi un arc scénaristique commencé en 1994 dans le premier long métrage Stargate, la porte des étoiles. Une partie de l'histoire se déroule dans un lieu encore jamais exploré par l'équipe SG-1 : l'Arctique. L'équipe de tournage va donc se déplacer dans cette région afin de réaliser plusieurs scènes sur la banquise dans des conditions climatiques difficiles. Avec l'annulation du troisième vidéofilm Stargate : Révolution et de l'ensemble de la franchise Stargate en avril 2011, il termine définitivement la série télévisée Stargate SG-1.

  • En projet : en septembre 2013, Roland Emmerich annonce vouloir recommencer l'histoire avec une trilogie qui serait un reboot : sans tenir compte des séries télévisés et probablement sans les acteurs du film original trop âgés.

Séries télévisées

  • 1997-2007 : Stargate SG-1

Après les événements du film Stargate et une incursion d'extraterrestres par la Porte des étoiles, les militaires américains prennent conscience que la Porte des étoiles donne accès à énormément de mondes dans la galaxie. Plusieurs équipes, dont SG-1 sont montées pour explorer d'autres mondes et ramener des technologies leur permettant de défendre la Terre contre ses nouveaux ennemis, les Goa'ulds. Au cours de la saison 9 et jusqu'à la fin de la saison 10, un nouvel ennemi fait son apparition : les Oris.

  • 2002-2003 : Stargate Infinity

Cette série animée relate les aventures d'une équipe de la Porte des Étoiles, dans le futur. À noter que cette série a de grandes incohérences avec le reste de la franchise, notamment en ce qui concerne le fonctionnement de certaines technologies avec par exemple la possibilité de traverser la porte des étoiles par l'arrière.

  • 2004-2009 :Stargate Atlantis

Grâce à la découverte d'une base des Anciens en Antarctique, une mission est envoyée à travers la porte sur la Cité des Anciens : Atlantis. Cette série relate leurs explorations dans la galaxie de Pégase.

  • 2009-2011 : Stargate Universe

Le concept tourne autour d,un vaisseau, le Destinée qui traverse une partie de l'univers d'une galaxie à une autre en suivant un autre vaisseau qui dépose des portes des étoiles sur les planètes pouvant accepter la vie. L'équipage terrien, arrivé sur ce vaisseau au bout du rouleau (peu d'énergie et de vivres, coque endommagée, etc.), passe d'une planète à une autre en restant environ 12 heures sur chaque planète, ce qui lui permet de chercher de quoi survivre via la porte des étoiles présente sur le vaisseau. L'atmosphère de la série est un peu différente des deux précédentes, plus sombre et un peu en huis clos, avec un scénario plus centré sur les personnages, leurs relations, leurs histoires d'amour ou de pouvoir, leurs discussions sur la poursuite de la mission des Anciens ou le retour sur Terre. Le dernier épisode de cette série arrêtée prématurément fut diffusé le 9 mai 2011.

Communauté

Capture27 28Fans portant les uniformes des équipes SG en 2008.

La célébrité de Stargate se confirme par le développement des réunions de fans dans le monde. Certaines conventions sont spécifiquement dédiées à la franchise telle que la Gatecon au Canada. D'autres manifestations plus générales permettent aux fans de se retrouver comme le Comic-Con qui a lieu chaque année à San Diego en Californie. À ces occasions, de nombreuses nouveautés ont été présentés (bande-annonces des deux téléfilms, pilote de Stargate Universe…) par les producteurs et les fans pouvaient échanger avec les acteurs qui étaient présents. C'est également un moyen pour cosplayers de montrer leurs uniformes militaires ou costumes d’extraterrestres réalisées à l'effigie des séries. En France, on retrouve quelques événements ponctuels telles que la French City Con (trois éditions entre 2002 et 2004), la Stargate Convention en février 2009, certains stands lors de la Japan Expo, le salon Paris Manga, le salon Migennes Collector, les évènements Chevron par MassiveEvent en Angleterre ou encore dans les pôle Science-Fiction du Toulouse Game Show ou TGS Ohanami. On y retrouve le même concept décors de porte des étoiles et même d'expositions d'objets (props), costumes, et décors originaux de la série proposé par Props Memorabilia par exemple, des fans costume ou groupes de fans, la présence d'acteurs mais aussi de doubleurs.

Les sites internet reflètent également l’activité de la communauté. Joseph Mallozzi, producteur et scénariste de Stargate, rédige de nombreux articles sur son blog et répond régulièrement à certaines questions postées en commentaires. Le site anglophone GateWorld est considéré comme l'un des plus importants notamment grâce à un partenariat avec la MGM. Le site dispose d'une grande base de données sur la franchise et même d'une chaine vidéo qui diffuse de nombreux reportages inédits. Le producteur Joseph Mallozzi salue même le travail réalisé sur son blog qu'il considère comme le premier site de fans sur Internet, à un tel point que même les scénaristes eux-mêmes sont redirigés vers le site pour vérifier leurs informations.

Reprise d'éléments de Stargate

L'épisode des Simpsons, Notre Homer qui êtes un dieu rend un hommage à Stargate SG-1 : on voit Richard Dean Anderson participant à une convention Stargate Sg-1 et le fait qu'Homer se fasse passer pour un dieu auprès de la population indienne est une référence aux Goa'ulds. Dans l'épisode Imaginationland (partie 2), la série South Park reprend le concept de porte des étoiles qui permet le passage du monde réel à Imaginationland, un monde permettant de contrôler tous les univers fictifs créés par les humains. Kurt Russell, l'acteur jouant le rôle du colonel O'Neil dans le film y est parodié en soldat s’apprêtant à traverser cette porte.

En France, un épisode de la saison 2 de Kaamelott est intitulé Stargate, dans lequel la Dame du Lac ouvre, à l'intérieur du château, une porte du Chaos qui laisse passer des créatures de l'Univers. Alors qu'Arthur et Lancelot s'attendent au pire, Perceval traverse la porte : une autre porte similaire est apparue dans la cour du château.

Certains jeux vidéo reprennent le concept de « porte » comme dans Dofus (MMORPG) où les zaaps, au graphisme fortement inspiré de celui des portes des étoiles, servent à se faire transporter dans diverses zones de la carte ou encore dans Minecraft avec les portails vers le Nether.

L'astéroïde (99942) Apophis a été nommé ainsi, car les deux codécouvreurs, Roy Tucker et David Tholen sont des fans de Stargate SG-1, Apophis étant l'un des ennemis les plus importants de la série.

Inspirations

L'hypothèse sur laquelle se fonde le scénario s'inspire de la théorie ufologique des anciens astronautes, selon laquelle des extraterrestres auraient influencé le développement des civilisations anciennes dont les Égyptiens. Le principe de civilisations extraterrestres étant venues sur Terre pour mettre en esclavage les humains et s'étant fait passer pour des dieux est issue des théories de Zecharia Sitchin.

Éléments provenant d'autres œuvres de fiction

Star Trek et Star Wars sont deux univers de fiction nés avant Stargate qui influencent fortement cette dernière avec notamment des clins d'œil réguliers. Sur le plan technologique, l'invisibilité des vaisseaux des Anciens rappelle les boucliers occulteurs des vaisseaux Romuliens, Klingons et du Défiant. La téléportation des Anciens et des Asgards est assimilable à la téléportation utilisée par la plupart des peuples des séries Star Trek.

Coté population, les Réplicateurs assimilent la technologie comme le font les Borgs, un autre peuple similaire dans les séries Star Trek. Chacun des peuples s'adapte rapidement aux armes utilisées à son encontre et s'immunise. Dans le téléfilm Stargate : l'Arche de Vérité, on voit les Réplicateurs assimiler un humain en utilisant des implants mécaniques ainsi que le font les Borgs. Les Anciens qui se sont élevés constitués de pure énergie, ils ressemblent beaucoup à un peuple de Star Trek appelé les Organiens qui eux aussi ont évolué sous forme d'énergie. Les membres de la Tok'ra portent volontairement des symbiotes tout comme les Trill des séries Star Trek. Les points communs entre ces deux peuples sont l'acquisition de la mémoire et des connaissances des hôtes précédents ainsi que la symbiose volontaire et pacifique entre l'hôte et celui qu'il héberge (contrairement aux Goa'ulds, qui eux, choisissent des hôtes de force).

De multiples allusions y sont également faites par les personnages, l'action des épisodes étant contemporaine. Par exemple, lors d'un interrogatoire, le colonel O'Neill prétend être le capitaine James T. Kirk avant de se rétracter et de préférer Luke Skywalker. Plus tard il a aussi voulu baptiser le Prométhée en Enterprise, célèbre vaisseau de Star Trek. De nombreux acteurs de Star Trek ont été invités ou ont joué un personnage récurrent dans les séries Stargate : John Billingsley, Robert Picardo, Connor Trinneer, Marina Sirtis, Jolene Blalock…

Le scénario de certains épisodes reprend également celui de films comme l'impact d'un astéroïde dans Armageddon. Richard Dean Anderson est fan de Les Simpson, son personnage O'Neill y fait de multiples allusion au cours de la série.

Mythologie et religion

Dans l'univers fictif de Stargate, les extraterrestres, notamment les Goa'ulds, les Asgards ou les Anciens, empruntent le nom des dieux de différentes mythologies : Hindouisme, Légendes arthuriennes, africaine, aztèque, carthaginoise, celtique, chinoise, égyptienne, grecque, japonaise, maya, mésopotamienne, nordique, phénicienne, romaine, slave

Contrairement à la plupart des films et séries de science-fiction basés sur l'exploration de la galaxie, l'action de Stargate ne se situe pas dans le futur mais à notre époque. Toutefois, l'existence de la Porte des étoiles n'est connue que d'une infime partie de la population terrienne. L'univers de la franchise continuera de s'étendre avec l'élargissement du cadre spatial dans les séries Stargate Atlantis qui se déroule dans une nouvelle galaxie et Stargate Universe dont l'intrigue est centrée sur un groupe de terriens bloqué sur le Destinée, un vaisseau qui erre aux confins de l'espace

Distribution et personnages

Capture28 28Richard Dean Anderson, acteur emblématique de Stargate dans le rôle du colonel O'Neill.

Les personnages principaux des différentes séries sont en règle générale différents même si des apparitions dans d'autres séries sont régulières notamment lors d'épisodes cross-over. De plus, le milieu militaire de la franchise fait que certains personnages progressent en grade et se retrouvent à des niveaux de commandement les faisant intervenir dans plusieurs séries.

Le film Stargate, la porte des étoiles introduit deux personnages principaux de la franchise : le colonel O'Neil qui dirige l'équipe principale d'exploration est interprété par Kurt Russell et le Dr Daniel Jackson interprété par James Spader. Ces deux acteurs sont respectivemment remplacés dans les séries par Richard Dean Anderson et Michael Shanks. Afin de créer une équipe complète pour la première série Stargate SG-1, de nouveaux personnages sont créés, Amanda Tapping joue le rôle du capitaine Samantha Carter et Christopher Judge celui de Teal'c, un jaffa rebelle qui décide de rejoindre la Terre. Pour combler les absences des acteurs, d'autres personnages sont créés comme Jonas Quinn joué par l'acteur Corin Nemec pendant une saison en remplacement du Dr Daniel Jackson (Michael Shanks). Cameron Mitchell (Ben Browder) et Vala (Claudia Black) sont introduits pour lancer une nouvelle ère dans la série à partir de la saison 9.

Le personnage du docteur Elizabeth Weir qui commande l'expédition sur Atlantis est joué par Jessica Steen lors de la fin de la saison 7 de Stargate SG-1, cependant l'actrice est remplacé par Torri Higginson dès le premier épisode de Stargate Atlantis. Pour cette série dérivée, David Hewlett incarne Rodney McKay, un brillant astrophysicien qui avait fait quelques apparitions dans Stargate SG-1. Joe Flanigan prend le rôle du militaire le plus haut gradé de la série : le major John Sheppard. Enfin, Rainbow Sun Francks interprète le lieutenant Aiden Ford ; contaminé par une enzyme wraith lors du siège de la cité par les Wraiths. Cette série reprend le même schéma (militaires, scientifiques et extraterrestres) que Stargate SG-1, puisque pour compléter cette équipe d'exploration Teyla Emmagan (Rachel Luttrell) et Ronon Dex (Jason Momoa), deux personnages étrangers à la Terre viennent renforcer ce casting. Samantha Carter est le seul personnage principal à être transféré vers une autre série, au début de la saison 4, elle prend le commandement de la cité en remplacement du Dr Weir. Elle est remplacée au début de la saison 5 par Richard Woolsey interprété par l'acteur Robert Picardo. Ce personnage est surtout connu en tant que bureaucrate du CIS dans Stargate SG-1, c'est donc une surprise de le retrouver dans ce rôle là.

Pour Stargate Universe, c'est Robert Carlyle qui est choisi pour prendre le premier rôle : celui du Dr Nicholas Rush. Les créateurs de la série voulaient un acteur de ce « calibre » pour un incarner un personnage « fort ». De nombreux autres acteurs ont rejoint ce casting très fourni en personnages principaux et récurrents : Justin Louis (Colonel Everett Young), David Blue (Eli Wallace), Brian J. Smith (Lieutenant Matthew Scott), Jamil Walker Smith (Sergent Ronald Greer), Elyse Levesque (Chloe Armstrong), Alaina Huffman (Tamara Johansen) et Ming-Na (Camile Wray). Tous ces personnages se retrouveront bloqués ensemble sur le Destiné sans possibilité de retour sur Terre.

Lieux et planètes

Capture29 26L'entrée de Cheyenne Mountain, telle qu'elle apparait dans de nombreux épisodes.

L'univers de Stargate repose principalement sur l'exploration de nouvelles planètes. Celles-ci changent quasiment à chaque épisode et seules quelques-unes possèdent un nom (Abydos, Chulak, Tollana…). Les autres sont désignées par un code composé d'une série de chiffres et de lettres du type « P4X-639 ».

De manière générale, les équipes d'exploration partent et reviennent sur un lieu qui leur sert de base principale. Pour les films, la série SG-1 et la série animée Infinity, il s'agit du Stargate Command (aussi appelé SGC). Ce lieu est situé sous Cheyenne Mountain une base de l'armée de l'air américaine qui existe réellement dans le Colorado et dont l'entrée qui a été filmée par les équipes de la série, apparait régulièrement au débuts des épisodes de Stargate SG-1. La série dérivée Stargate Atlantis est intitulée ainsi puisque l'intrigue se déroule en grande partie sur la cité d'Atlantis. Les scénaristes se sont donc inspirés librement du mythe antique de l'Atlantide. Pour Universe, la dernière série, c'est un vaisseau spatial qui sert de lieu de vie aux personnages : le Destinée.

Peuples et espèces

Capture30 27Deux cosplayers habillés en jaffas.

Mis à part les Terriens, l'univers de Stargate regorge de civilisations différentes plus ou moins avancées. Comme pour les planètes, certains peuples n'apparaissent que durant un épisode, d'autres sont récurrents comme les Tollans ou les Genii. Enfin, il y a les principaux peuples amis, comme les Asgards ou la Tok'ra, et il y a les principaux peuples ennemis, comme les Goa'uld ou les Wraiths. Dans l'univers de Stargate SG-1, presque toutes les civilisations rencontrées ont un lien avec la Terre (notamment au niveau mythologique), car les Goa'ulds déportèrent à partir de celle-ci de nombreuses populations un peu partout dans la galaxie qui leur servaient de « réserve de recrutement ». Sur Atlantis, les Anciens ont recréé la vie à l'identique de ce qu'elle était dans la Voie lactée avant le fléau. Malheureusement, les Wraiths ont remplacé le fléau Goa'uld au niveau de la galaxie de Pégase.

Il est à remarquer que le scénario de mise en place des portes résout élégamment trois difficultés classiques du récit de voyage interstellaire : la variété des peuples extraterrestres (aucune raison qu'ils ressemblent à des Humains, ce qui les rend difficiles à filmer), le problème des langues extraterrestres (aucune raison qu'elles soient compréhensibles, surtout rapidement) et la variété des atmosphères et des milieux (aucune raison que les planètes soient habitables par des Humains). La probabilité de trouver par hasard une planète habitable est très faible, celle qu'un peuple extra-terrestre soit humanoïde, encore plus, et qu'il ait une langue compréhensible encore bien plus. Ces problèmes faisaient qu'une série comme Star Trek demandait vraiment une sérieuse « suspension volontaire de l'incrédulité ».

Dans Stargate, les planètes où sont situées les Portes des étoiles ont été choisies, éventuellement terraformées, et des Humains (voire des plantes et des animaux terrestres) y ont été implantés, dans un passé pas trop lointain. Ce qui explique, en une seule fois, que tout le monde soit humain, que toutes les planètes d'arrivée soient habitables (voire familières), et que toutes les langues soient à peu près compréhensibles, car au moins apparentées à des langues terrestres anciennes. Par contre, cela n'explique pas le fait que la plupart des peuples parlent l'anglais américain : il s'agit d'une facilité de scénario pour les séries.

Les portes dans la science-fiction

Le principe d'une porte permettant de passer rapidement d'un endroit à un autre n'est pas nouveau dans la science-fiction (portes spatiales dans Buck Rogers, portails iconiens et des Borgs dans Star Trek, Oblivion, Babylon 5, etc.), mais c'est dans Stargate que le concept a été le plus développé.

Depuis, l'idée a été reprise dans de nombreux ouvrages de science-fiction et même de science fantasy. Dans de nombreux jeux vidéo (Dofus, World of Warcraft, Wakfu, un plugin de Minecraft…), des équivalents de la porte des étoiles sont présents, et ils sont souvent très proche de ceux de Stargate : debout sur un monticule, décorés de symboles tout autour… Seul le nom change : « zaap », par exemple, dans Dofus.

Les portes de ce genre permettent souvent d'accélérer le déroulement du jeu, en permettant au joueur de se déplacer rapidement, sans avoir à utiliser de moyen de transport. Les portes sont fréquemment présentées comme ayant été construites « il y a très longtemps » par des « aliens très puissants » ou des « mages très puissants » ayant disparu et ne nécessitent pas d'entretien ou d'infrastructures (Iconiens dans Star Trek, Eliatropes pour les portails Zaap de Dofus et Wakfu)

L’univers est décrit dans l’échelle de Kardashev comme une Civilisation de Type 0 pour la terre

 

RETOUR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×