Referencement gratuit

TRIANGLE DES BERMUDES

Le Triangle des Bermudes est une zone de l’océan Atlantique qui serait le théâtre d’un grand nombre de disparitions de navires et d’aéronefs. De nombreuses légendes existent à propos de cette zone.

capture01-40.jpgLocalisation du triangle des Bermudes.

Histoire

Cette zone triangulaire d'une superficie de 4 millions de km2 délimitée par l’archipel des Bermudes, la côte Est de la Floride et l’île de Porto Rico, surnommée aussi le « Triangle du Diable », serait le lieu de mystérieuses disparitions de navires et d'avions depuis le XIXe siècle, bien que des auteurs fassent remonter l'origine du mystère à l'époque de Christophe Colomb. Inspirée par plusieurs articles publiés dans divers magazines dans les années 1950, l'appellation « Triangle des Bermudes » est forgée par le journaliste américain Vincent Gaddis dans un article du magazine Argosy de février 1964 : « The Deadly Bermuda Triangle ».

La légende a pris de l'ampleur avec la disparition d’une escadrille de cinq chasseurs bombardiers le 5 décembre 1945 au large de la Floride, événement connu sous le nom de Vol 19. Au bout d’une heure de vol, la base de Fort Lauderdale reçut un appel du lieutenant annonçant qu’ils étaient perdus. Un hydravion, parti à leur recherche, ne revint pas non plus.

Le journaliste du Los Angeles Times Howard Rosenberg publia en 1974 un article estimant que plus de 190 navires et 80 avions auraient disparu dans cette même zone au cours des cent années précédentes et que les garde-côtes américains ont répondu à plus de 8 000 appels de détresse dans ce secteur.

Dans les années 1970, plusieurs ouvrages et articles de journaux sont consacrés au mystère du Triangle des Bermudes. Parmi eux, The Bermuda Triangle publié par Charles Berlitz en 1974, devient un best-seller et marque le début d'une série d'enquêtes et de contre-enquêtes sur le sujet.

Pour expliquer les mystérieuses disparitions, certains auteurs évoquent les extraterrestres, l'influence de l'Atlantide, une distorsion spatio-temporelle ou des champs magnétiques surnaturels tandis que d'autres optent pour des perturbations climatiques, des réactions physiques ou chimiques naturelles liées à l'environnement de ce secteur (par exemple la remontée en surface d'hydrate de méthane) ou encore des défaillances humaines.

L’histoire moderne des disparitions dans le Triangle des Bermudes commencerait au début du XIXe siècle :

  • En 1800, l’USS Insurgent, un navire français capturé par les Américains avec 36 canons et 340 marins.
  • En 1812, le Patriot.
  • En 1866, le Lotta, un trois-mâts suédois.
  • En 1880, l’Atalanta, un navire-école britannique avec ses 290 élèves officiers.
  • En 1884, le Miramon, une goélette italienne.
  • En 1909, le Spray, un navire dirigé par Joshua Slocum, considéré comme le meilleur marin de son temps.
  • En 1918, le Cyclops, avec 300 marins, disparut sans envoyer de SOS.
  • En 1925, le SS Cotopaxi avec 32 marins et le Raifuku Maru, un cargo japonais, disparut après avoir envoyé le message suivant : « Danger like dagger now. Come quick ! » (« Danger comme poignard maintenant. Venez vite ! »).
  • En 1938, l’Anglo Australien avec 38 marins. Son dernier message fut : « Temps idéal. Tout va bien ».
  • En 1942, un TBF Avenger (avion).
  • En 1943, un PBY Catalina, un TBF Avenger, un Four Lockheed PV-1 Ventura et un PB4Y Privateer (avions).
  • En 1945, un B-24 Liberator et un PB4Y Privateer (avions), et l'escadrille 19 : cinq avions torpilleurs Avenger.
  • En 1947, un C-54 (avion).
  • En 1948, le SS Samkey, l’Evelyn K, le Star Tiger, un appareil britannique qui assurait la liaison Açores-Bermudes (dernier message : « Conditions météo excellentes. Arriverons à l’heure prévue »), un Douglas DC-3, faisant la liaison entre Porto Rico et la Floride (dernier message : « Nous approchons de l’aéroport… Nous ne sommes plus qu’à 80 km au Sud… Nous apercevons les lumières de Miami… Tout va bien. Attendons les instructions pour l’atterrissage »).
  • En juin 1950, le Sandra, un cargo
  • En novembre 1956, un bombardier patrouilleur de la Marine.
  • En janvier 1956, le yacht Revonoc.
  • En janvier 1962, l'avion ravitailleur de l'armée KB-50.
  • En février 1963, le cargo Marine Sulphur Queen.
  • En juillet 1963, le navire de pêche Sno'Boy.
  • En août 1963, deux avions stratotankers K-C-135.
  • En juin 1965, un Flying Boxcar C-119, avion de transport.
  • En janvier 1967, les avions de transport Chase YC-122, Beechcraft Bonanza et Piper Apache.
  • En décembre 1967, le yacht Witchcraft.
  • En mars 1973, le Norse Variant et l'Anita, deux cargos.
  • En octobre 1976, le navire Sylivia S. Ossa.
  • En février 1978, l'avion militaire KA-6 Navy attack bomber (Fighting Tiger 524) .
  • En novembre 1983, l'avion Cessna 340A.
  • En mars 1984 les avions Piper et Cessna 40b
  • En juillet 1985, un avion Piper.
  • En juin 1987, l'avion Cessna 401.
  • En décembre 1987, l'avion Cessna 152.
  • En février 1988, l'avion Beechcraft..
  • En septembre 1994, l'avion Piper PA-24
  • En mai 1996, un avion Aero Commander.
  • En août 1998, l'avion Piper PA-28.
  • En 1999, le Genesis, un cargo avec 40 marins.
  • En mai 1999, un avion Aero Commander.

Hypothèse

Parmi les hypothèses scientifiques, on a souvent évoqué des perturbations magnétiques et des flatulences océaniques, soit des émissions sous-marines d'un gaz hautement inflammable, le méthane dont la présence sous forme de bulles dans l'eau diminue fortement la densité de l’eau jusqu’à provoquer une perte de flottabilité pour les bateaux. La présence de méthane dans l'air diminue la masse volumique et explique alors la perte de portance des aéronefs ; si la concentration est suffisante, cela explique alors l'arrêt des moteurs à piston ou réacteurs.

Issu de la décomposition d'éléments organiques comme le pétrole et le charbon, comprimés par la grande profondeur et la température très basse de l'environnement, libéré lors de la création de failles par l'activité tectonique, on en trouve aussi des gisements importants en mer du Nord où certaines plateformes de forage, navires et aéronefs ont été engloutis ou pulvérisés par le même phénomène. Cette thèse a récemment été renforcée par la publication des travaux d'Anatoli Nesterov, de l'Académie des sciences russe. Cependant, de l'aveu même de l'auteur, aucune preuve scientifique ne vient étayer cette hypothèse.

Le « mystère » contesté

En 1975, le bibliothécaire américain Larry Kusche reprit à la source tous les témoignages sur le sujet. Son livre, The Bermuda Triangle Mystery resolved, démontre notamment qu'une grande partie des disparitions ont eu lieu à d'autres endroits que dans le Triangle des Bermudes, et que les ouvrages sur ce thème colportaient surtout des spéculations, sinon des inventions et des mensonges, pour entretenir le prétendu mystère.

Ainsi, la Commission d'enquête de la Marine qui a étudié la disparition des bombardiers en 1945 ne remarque aucun fait inexplicable et n'évoque aucune des transmissions radio rapportées par Charles Berlitz dans son best-seller sur le Triangle des Bermudes. Les avions, perdus en mission, auraient en fait été victimes d'une panne de carburant et ne pouvaient plus communiquer en raison de la trop grande distance qui les séparait de leur base. Quant aux navires disparus, ils auraient été pris dans des tempêtes ou victimes de défauts de fabrication qui les ont amenés à couler sans laisser de trace. Selon Kusche, toutes les disparitions, loin d'être des mystères comme le prétendent certains auteurs, peuvent facilement s'expliquer en fonction des conditions météorologiques, de problèmes techniques ou d'accidents naturels (gaz, coraux, etc.).

Le nombre de disparitions rapporté n’est pas particulièrement élevé si l'on tient compte des facteurs suivants :

  • la superficie (près de 4 millions de km2) ;
  • l'importance du trafic maritime dans cette zone ;
  • l'importance des gisements d'hydrate de méthane et de l'activité tectonique de la région ;
  • les conditions météorologiques, chaotiques et imprévisibles sous ces latitudes.

Plusieurs prétendus naufrages se sont révélés par la suite de simples mystifications. Pour certains, le mystère reste à éclaircir. Pour d’autres, il n’y a pas de mystère, sauf peut-être la propagation de la légende sur la base de faits si minces.

Un documentaire diffusé en 2003 par la chaîne National Geographic ne mentionne pas d’anomalie particulière mesurée dans cette zone, hormis une diminution légère du champ magnétique terrestre. Il rappelle en revanche qu’on y observe les plus violentes tempêtes du globe, avec parfois des vagues scélérates de huit mètres et plus de haut. En ce qui concerne le Vol 19, c’est l’hypothèse d’une erreur de navigation de l’instructeur, formé dans les Keys et ayant confondu la topographie des régions survolées avec celles-ci au point de croire que son compas magnétique était déréglé, qui est retenue comme la plus probable, leurs basses réserves de carburant étant responsables de la perte de l’escadrille.

En 1975, le cabinet d'assurances Lloyd's de Londres indiquait que le Triangle des Bermudes n'était pas plus dangereux que d'autres routes maritimes internationales. En 2006, les compagnies d’assurances ne jugent pas utile de majorer leurs primes pour les navires ou avions amenés à traverser cette zone.

Livre

  • Dans le roman Face au drapeau, écrit en 1894, Jules Verne place une base de pirates au cœur des Bermudes. Ces pirates ont su enlever l’inventeur d'une arme prodigieuse qu'ils mettent à leur profit pour rançonner les navires ; Jules Verne explique ainsi les disparitions constatées.

 

Série télévisée

  • X-Files, l'épisode Triangle (épisode 3, saison 6) s'inspire largement du Triangle des Bermudes pour en faire le thème principal de l'épisode. La théorie proposée est celle d'une faille temporelle.

RETOUR

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site